Le kava pour le traitement de l'anxiété

Un extrait de la plante kava s'est avéré très efficace sur une courte période pour le traitement de l' anxiété dans une récente étude publiée dans la revue Psychopharmacology. Mais des préoccupations subsistent quant à la sécurité d'une utilisation à long terme et sur la sécurité de diverses formulations de ce produit.

Il y a une décennie, les compléments de kava étaient une phytothérapie populaire pour le traitement de l'anxiété avec des ventes approchant $50 millions en 1998 aux États-Unis.
Mais des rapports de dommage au foie et même d'insuffisance hépatique liés à son utilisation a amené l'interdiction de ce produit dans plusieurs pays dont le Canada, l'Allemagne, la France et le Royaume-Uni. Les États-Unis n'ont pas banni ce produit mais les avertissements émis ont amené une baisse drastique des ventes.

En 2007, un comité de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a rapporté un lien possible entre l'utilisation du kava et 7 décès ainsi que 14 transplantation du foie, principalement en Europe. Mais le rapport de l'OMS suggérait que la toxicité pour le foie pouvait être limitée à des formulations qui utilisaient la plante entière plutôt que seulement la racine, ou utilisait l'acétone et l'éthanol pour extraire l'ingrédient actif plutôt que l'eau.

"Le kava est une plante médicinale utilisée dans les Îles du Pacifique depuis des siècles sans évidence de problèmes de foie", dit Jerome Sarris, de l'Université Queensland (Australie), auteur de l'étude. Mais seuls des extraits solubles dans l'eau de la racine pelée sont utilisés, précise-t-il.

Sarris a mené cette étude avec 37 personnes souffrant de trouble anxieux généralisé (anxiété généralisée) et de différents niveaux de dépression pendant 3 semaines. Dans la première semaine, tous les participants prenaient un placebo (produit inactif). Dans la deuxième semaine, une moitié du groupe prenait le kava et l'autre continuait à prendre le placebo. Dans la troisième semaine, les groupes étaient inversés. Le produit testé reproduisait le plus possible le kava traditionnel utilisé par les insulaires du Pacifique.

Selon des tests standardisés d'anxiété et de dépression, les participants rapportaient beaucoup moins d'anxiété avec le kava et les niveaux de dépression étaient diminués chez plusieurs d'entre eux.

Mais les participants ayant pris le kava pendant une semaine seulement, des études à plus long terme sont nécessaires pour vérifier l'efficacité et l'innocuité sur un plus long terme.

Par ailleurs, fait remarquer Richard Bloch de l'Université de la Caroline de l'est, auteur d'une méta-analyse sur le kava, le manque de régulation des compléments alimentaires aux États-Unis signifie que les consommateurs ne peuvent jamais être certains de ce qu'ils achètent. La FDA ne contrôle ni les ingrédients utilisés, ni le mode de préparation de ces produits, ni les doses.

Psychomédia avec source:
WebMD

Voyez également:

DOSSIER: Phytothérapie et médecines complémentaires pour la santé mentale et le bien- être
DOSSIER A-Z: Alimentation, compléments alimentaires et phytothérapie
DOSSIER: Anxiété et troubles anxieux