Bien-être et attitudes positives favorisent la santé


Le National Institutes of Health américain finance de plus en plus de recherches sur l'impact du bien-être psychologique et des attitudes positives sur la santé physique. Par exemple, les recherches de Carol Ryff, psychologue, ont montré que les gens qui ont un niveau élevé de bien-être ont un risque cardiovasculaire moins élevé, des niveaux d'hormones de stress moins élevés et des niveaux d'inflammation (indicateurs du système immunitaire) plus bas.

Jusqu'à récemment les recherches sur l'impact des aspects psychologiques sur la santé physique se sont surtout centrées sur les états négatifs tels que le stress, l'anxiété et la dépression. Par exemple, Glaser et Kiecolt-Glaser ont montré que le stress psychologique chronique peut affaiblir le système immunitaire et ainsi nuire à la guérison des blessures et à l'efficacité des vaccins.
Selon Glaser et Kiecolt-Glaser, il y a moins de travaux concluants sur les bénéfices des attitudes positives et du bien-être parce que des échelles clairement définies, comme celles qui mesurent la dépression, n'existent pas pour étudier le bonheur. Une attitude positive est beaucoup plus difficile à quantifier.

Au-delà de la vague de livres New Age qui prétendent montrer la voix de la guérison, le financement de la recherche scientifique sur la question est en croissance. Selon H. Benson, cardiologue et fondateur du Mind/Body Medical Institute à Boston, quand une personne peut se centrer sur autre chose que la maladie, se trouver des buts et un sens à sa vie (travailler pour la cause des personnes atteintes par exemple), cela réduit le stress et l'anxiété et permet au corps de mieux tirer avantage de ses capacités de guérison.

Le message de certains motivateurs dans le domaine (ex. B. Siegel: "Love, Medicine & Miracles" et "Peace, Love and Healing" que plusieurs connaissent car ils ont été traduits) peut cependant porter à attendre trop du pouvoir de l'esprit selon C. Ryff. La pensée positive ne peut, dans tous les cas, amener la guérison. Les gens, dit-elle, doivent penser non pas en termes de guérison mais de vie meilleure qui vaut la peine d'être vécue et de prolongation.

PsychoMédia avec source: Psycport

Voyez également:

Techniques de relaxation
DOSSIER: Relaxation et détente
DOSSIER: Bonheur et bien-être