Les opinions politiques de droite ou de gauche liées aux réactions de peur

Les gens qui sursautent facilement en réponse à des images menaçantes ou des bruits soudains semblent avoir une prédisposition à adopter des positions politiques conservatrices selon une récente recherche américaine publiée dans la revue Science.

Douglas Oxley et John Hibbing de l'Université du Nebraska à Lincoln ont mené cette recherche avec 46 personnes ayant de fortes opinions politiques en faveur des républicains (John McCain) ou des démocrates (Barack Obama).
En deux expériences distinctes, les participants étaient exposés à des images menaçantes et à de forts sons soudains. La réaction physiologique aux images était mesurée par la conductivité de la peau et la réaction aux sons était mesurée par le clignement des yeux.

Les participants ayant une forte réaction physiologique avaient davantage tendance à avoir des positions conservatrices et à supporter des causes comme les dépenses militaires et la peine de mort. Ceux qui avaient une moins forte réaction étaient plus susceptibles de soutenir des causes comme le contrôle des armes et l'aide étrangère.

La réaction physiologique aux menaces n'est qu'un facteur dans la façon dont les gens forment leurs idées politiques et elle est loin d'être le principal facteur, précisent les auteurs. Cette réaction ne peut être utilisée au niveau individuel pour prédire les idées politiques d'une personne. Mais au niveau des groupes, il semble y avoir une association entre la sensibilité aux menaces physiques et la sensibilité aux menaces qui affectent les groupes sociaux et l'ordre social. Les chercheurs précisent aussi qu'ils ne considèrent pas qu'une réaction est plus normale que l'autre.

Les auteurs disent souhaiter que cette recherche, en montrant que des positions politiques différentes peuvent reposer en partie sur une sensibilité différente aux menaces, favorise la tolérance.

Voyez également:

Les valeurs des partisans démocrates (Obama) et républicains (McCain) comparées
Origines et mécanismes de la morale, libéralisme et conservatisme

PsychoMédia avec source: Washington Post