Cancer de l'ovaire: le dépistage ne sauve pas de vies et produit 10% de faux positifs traités

Le cancer de l'ovaire est souvent diagnostiqué à un stade avancé et la durée de survie dépend du stade d'évolution au moment du diagnostic. Mais ce cancer est difficile à dépister efficacement. Et, de fait, le dépistage systématique ne serait pas efficace selon une grande étude américaine, publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) en 2011, que rapporte la revue Prescrire dans son numéro de février.

Cette étude, qu'avait rapportée Psychomédia, a été menée par le National Cancer Institute avec 78 000 femmes ménopausées, âgées de 55 à 74 ans, suivies pendant 12 ans. La moitié a subi un dépistage réalisé au moyen d'un test sanguin pour le biomarqueur tumoral CA-125 et d'une échographie transvaginale, annuellement pendant 4 ans, puis au moyen du test sanguin seul pendant 2 autres années.

Après 12 ans, environ 0,6 % des femmes avaient reçu un diagnostic de cancer de l'ovaire. Ceux découverts à un stade avancé représentaient environ 77 % des cas, sans différence entre les groupes. La mortalité par cancer de l'ovaire était similaire dans les deux groupes, ainsi que que la mortalité totale.

Mais, dans le groupe de dépistage, près de 10 % des femmes ont eu un résultat faussement positif (3000), c’est-à-dire qu’elles ont reçu à tort un diagnostic de cancer. Parmi celles-ci, environ un tiers (1 000) ont subi une intervention chirurgicale et 15 % (163) ont eu des complications sévères telle que des infections et des caillots sanguins.

Le cancer de l'ovaire est difficile à dépister, expliquaient les auteurs de l'étude. L'anatomie rend difficile la distinction entre tumeurs et kyste bénin. Le test sanguin manque de spécificité. Un cancer de l'ovaire à un stade précoce n'est pas nécessairement détectable et un niveau détectable de protéines CA-125 peut avoir d'autres causes que le cancer de l'ovaire.

"Chez les femmes sans symptôme de cancer, en l'absence de facteur de risque particulier de cancer de l'ovaire, le dépistage par échographie transvaginale et dosage sanguin d'un marqueur tumoral ne réduit ni la mortalité totale, ni la mortalité par cancer de l'ovaire, et conduit à une augmentation injustifiée des interventions chirurgicales exposant des femmes à des complications parfois graves", résume Prescrire. "Mieux vaut déconseiller ce dépistage."

Le cancer de l'ovaire est le 7ième cancer le plus fréquent chez les femmes. Aux États-Unis, la survie 5 ans après le diagnostic est de 46 %.

Lire l'article de Prescrire: Cancers de l'ovaire : ne pas dépister

Voyez également:

Psychomédia avec source: Le Point. Tous droits réservés.