Dépistage du cancer du sein: plusieurs femmes sont traitées inutilement

Pour une vie sauvée par les programmes de dépistage du cancer du sein, plusieurs femmes sont traitées inutilement, rappelle un article du Los Angeles Times.

Les objectifs des campagnes de sensibilisation n'ont pas suivi les avancements de la recherche sur le cancer du sein, considère le Dr. H. Gilbert Welch du Dartmouth Institute for Health Policy and Clinical Practice à Lebanon (États-Unis) dont les propos sont rapportés par le quotidien.

Les experts pensaient il y a quelques années que la priorité était de dépister les tumeurs cancéreuses quand elles étaient petites et présumément plus traitables. Ils mettaient donc l'emphase sur la mammographie annuelle, dit-il.
Mais ils considèrent maintenant que le cancer du sein n'est pas une seule maladie mais plusieurs. Certaines tumeurs sont indolentes et ne causeront jamais problème. D'autres se développent lentement et peuvent éventuellement se propager. Et, les cancers les plus agressifs produisent des métastases avant qu'ils ne soient détectés.

Malheureusement, il n'est actuellement pas possible d'évaluer quelles tumeurs sont bénignes ou dangereuses. Toutes sont donc traitées comme si elles étaient dangereuses.

Or, les tests de dépistage comme les mammographies et l'auto-examen sont plus aptes à trouver les cancers indolents, dit Welch. Par conséquent, plus il se fait de dépistage, plus il y a de femmes soumises à la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie pour des cancers qui ne leur auraient jamais causé de préjudice. Un article publié le mois dernier dans le New England Journal of Medicine estimait que pour chaque vie sauvée par une mammographie de dépistage, 5 à 15 autres femmes sont inutilement diagnostiquées et traitées.

Les problèmes de sur-diagnostic et de sur-traitement sont rarement abordés dans les publicités et les documents promotionnels des campagnes. Aucun de ces termes n'apparaît sur le site Web de la campagne américaine National Breast Cancer Awareness Month et sur le site de Susan G. Komen for the Cure, le plus ancien et important groupe américain de lutte contre le cancer, mentionne Gayle A. Sulik, auteure de Pink Ribbon Blues: How Breast Cancer Culture Undermines Women's Health.

Et, cela n'est pas accidentel, commente Welch.

"Il s'agit d'un problème courant avec les campagnes de sensibilisation à une maladie et les groupes de défense des patients", dit-il. "Si vous regardez leurs sources de financement, vous trouverez souvent une entreprise pharmaceutique ou un fabricant d'appareils qui est positionné pour bénéficier d'une augmentation du nombre des personnes atteintes de la maladie."

Welch considère que le parrainage par la compagnie pharmaceutique AstraZeneca du mois de sensibilisation est "un énorme conflit d'intérêt", puisque encourager les femmes à se faire dépister augmentera invariablement le nombre de diagnostics et donc le marché de ses médicaments Arimidex, Faslodex, Nolvadex et Zoladex.

Le site internet de la campagne nationale américaine du mois de sensibilisation indique que l'organisation demeure "consacrée à l'éducation et à l'habilitation des femmes à prendre elle-même en charge leur santé des seins en pratiquant l'auto-examen régulier pour identifier tout changement, en planifiant des visites régulières avec leur fournisseur de soins de santé et une mammographie annuelle, en observant les traitements prescrits et connaissant les faits concernant la récidive".

Certains experts souhaiteraient voir une plus grande emphase sur une réelle prévention liée à une meilleure connaissance des causes du cancer du sein. "Le message est que la meilleure prévention est le dépistage précoce, mais ce n'est pas de la prévention, c'est trouver un cancer qui est déjà là", rappelle Dr. Susan Love, chirurgienne du cancer du sein à l'École de médecine de l'Université de Californie à Los Angeles et auteur du livre Dr. Susan Love's Breast Book.

Voyez également:

Surdiagnostic du cancer du sein dans les programmes de dépistage (British Medical Journal)
Cancer du sein: des images cérébrales montrent les effets de la chimiothérapie sur le cerveau
La plupart des gens ne s'informent pas assez pour prendre part à des décisions médicales les concernant

Psychomédia avec source:
Los Angeles Times
Tous droits réservés