La plupart des gens ne s'informent pas assez pour prendre part aux décisions médicales les concernant

Malheureusement de nombreuses personnes n'apprennent pas ce dont elles ont besoin pour prendre part aux décisions médicales qui les concernent, déplore Brian Zikmund-Fisher de l'Université du Michigan (États-Unis).

Le chercheur a lui-même dû, à l'âge de 28 ans alors qu'il était étudiant gradué, prendre une décision concernant un traitement pour une maladie qui devait entraîner son décès dans quelques années. Le traitement pouvait lui sauver la vie mais comportait un risque de décès à court terme relativement important.
Pour documenter les défis auxquels les patients font face pour décider de leurs propres soins médicaux, il a mené, avec ses collègues, une enquête nationale auprès de 3000 répondants concernant 9 décisions médicales courantes. Les résultats, publiés dans la revue Medical Decision Making, montrent que la majorité ne disposent pas d'informations suffisantes pour prendre les meilleures décisions.

«Je veux augmenter la conscience d'à quel point les décisions médicales sont importantes dans la vie de tous les américains et à quel point la plupart des gens sont mal préparés pour prendre ces décisions», dit Zikmund-Fisher. «Je vois cela comme un problème de santé publique."

Les résultats de l'enquête montrent notamment que:
    - Les patients n'apprennent pas toujours pourquoi ils ne devraient pas subir un traitement ou prendre un médicament. Par exemple, seulement 20 % des personnes qui envisageaient un dépistage du cancer du sein et 49 % de celles qui envisageaient prendre des médicaments contre l'hypertension rapportaient avoir entendus parler de leurs inconvénients.

    - Les prestataires de soins ne demandent pas toujours aux patients ce qu'ils veulent faire. Par exemple, seulement 50 % des patients s'étant fait prescrire des médicaments anti-cholestérol s'étaient fait demander s'ils en voulaient.

    - La plupart des patients n'utilisent pas Internet pour les aider à prendre des décisions médicales courantes et les professionnels des soins de santé demeurent la source d'information la plus importante.

    - Les patients n'en savent souvent pas autant qu'ils le croient. Plusieurs se sentent bien informés, même quand ils ne savent pas les principaux faits qui pourraient les aider à prendre une meilleure décision.

    - La plupart pensent qu'ils sont plus susceptibles d'avoir un cancer qu'ils ne le sont et ont tendance à penser que les tests de dépistage du cancer sont plus précis qu'ils ne le sont.

    - Les hommes et les femmes pensent différemment concernant les risques de cancer. Les femmes sont des participantes plus actives aux décisions de dépistage du cancer, peu importe à quel point elles se sentent à risque, alors que les hommes ont tendance à ne s'impliquer que s'ils se sentent à risque élevé.
"Le consentement éclairé n'est pas réel si les patients comprennent si peu concernant les tests et les traitements qu'ils reçoivent», considère le Dr Michael Barry de l'Université Harvard et président de la Foundation for Informed Medical Decision Making qui a financé l'étude .

"Reconnaissez que vous avez le droit d'être impliqué dans vos propres soins médicaux. Si votre médecin vous dit seulement pourquoi vous devriez faire quelque chose et ne discute pas des raisons pour lesquelles vous pourriez ne pas le faire, demandez l'information de toute façon," conseille Zikmund-Fisher.

Voyez également:

Psychomédia avec source: University of Michigan
Tous droits réservés