Peur de retomber en épuisement: la prévention est possible

Les gens qui ont déjà vécu un état de grand épuisement (allant jusqu'au burnout ou la dépression) sont souvent inquiets de "retomber". Comment faire pour ne pas se retrouver dans le même engrenage ? Les pressions sont si grandes !

Il n'est pas rare, en effet, que les gens ayant vécu un burnout en revivent un deuxième. Pour prévenir cela, il faut un changement d'attitude important. Il faut apprendre à mettre une priorité suffisante au bien-être.
C'est-à-dire qu'il faut utiliser les symptômes physiques et psychologiques (fatigue, manque de joie de vivre, irritabilité, etc.) plutôt que d'autres critères (les objectifs fixés, les normes, les comparaisons avec les performances des autres, les attentes des autres, etc.) comme indication qu'il faut en faire moins: éliminer des occasions de stress, être moins perfectionniste, prendre le temps de faire des choses agréables et récupérer.

Impossible de ralentir et de prendre soin de vous car il y a trop à faire? Vous avez sans doute de la difficulté à effectuer le changement de mentalité. Vous êtes à risque...

Voyez également:

Être moins fatigué
DOSSIER : Relaxation et détente

Commentaires

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur "Sauvegarder les paramètres" pour activer vos changements.

Re: Peur de retomber en épuisement: la prévention est possible

Bonjour!
Après avoir fait ce qu'il fallait ! Je me sens seule et je m'ennuie. Cette fatigue débilitante ne me donne pas assez d'énergie pour planifier quoi que ce soit de stimulant et de nouveau.
J'écoute de la musique, m'occupe de mes petites bêtes,travaille le bois. Mais encore là, j'arrive à terminer un projet bien simple qu'après de nombreuses semaines. J'ai pensé pendant longtemps que je verrais une amélioration mais elle ne dure pas assez longtemps pour que je me fasse un nouveau rythme, apprendre de nouvelles choses, rencontrer d'autres personnes.
Après 16 ans, c'est de plus en plus difficile de me trouver une motivation.
Un côté positif : je ne souffre plus physiquement.
Je m'accroche à cela surtout àprès mes visites à l'hôpital et à ma famille qui me supporte.
Je travaille très fort à ne pas leur imposer ce que je vis mais en dedans je me sens mourir à petit feu.
Combien de temps encore vais-je endurer cela ?
C'est pas ça la vraie vie !

Re: Peur de retomber en épuisement: la prévention est possible

ce qui m'a interpelé dans ton message est la souffrance physique que tu n'as plus, car moi c'est mon gros problème je ne pense qu'à cette douleur physique et je ne peux rien faire d'autres ; Comment t'en ai-tu débarrasseé?

Re: Peur de retomber en épuisement: la prévention est possible

Excuses-moi pour le retard, je ne m'attendais pas à un commentaire ..ha !
Les anti-dépressseurs Zoloft m'ont fait beaucoup de bien (c'est un Rhumatologue)qui voit chez ses patients un bien être qui me les a prescrit.
Une bonne psychotérapie pendant 5 ans.
Ensuite j'ai eu la chance de rencontrer un Doc.en
chiropratie qui a fait une partie de ses études en CHine et ailleurs dans le monde qui me soulage,
moi qui suis terre à terre, c'est presque un miracle!
Si tu veux le rencontrer ça va me faire plaisir de te donner ses coordonnées ...
Et la respiration et se faire violence...et s'obliger à prendre une marche.
et surtout du courage, Bonne Chance, Louise

Re: Peur de retomber en épuisement: la prévention est possible

Un autre bon texte qui me fait réfléchir...

Effectivement j'ai peur de retomber en épuisement...J'ai repris le même rytme de vie que j'avais avant ma dépression et je sais que ce rytme ne va que me menner à la dépression à nouveau.

Le changement de mentalité ces ça que je n'arrive pas à faire dans la vie.Comment faire ce changement de mentalité qui aide à prévenir?

Il faut un changement d'attitude important, il faut apprendre à mettre une priorité suffisant au bien-être mais qu'est-ce qu'une priorité suffisant au bien-être? Sur quoi on ce base pour dire que je prend soin de mon bien-être?

Je regarde autour de moi et on dirais que les gens ont tous le même rytme de vie que moi, qu'il n'arrête pas une minutes et qu'il vivent bien avec ça, du moin il me semble qu'il arrive à composer avec ce rytme de vie. Et moi même j'étais capable de vivre ce rytme à une époque mais il me semble que je deviens moin capable de dealer avec ce rytme fou que j'ai dans ma vie.

Comment faire pour éliminer du stress dans ma vie? Comment faire pour voir à mon bien-être? J'ai des idées mais par contre je les mets en pratique et pas longtemps après ces comme s'il prennent le bord et le rytme fou reprend tout la place...comment faire pour garder le cap sur mon bien-être. Je crois qu'il faut que ça devienne ma priorité mais comment faire pour que ça demeur ma priorité quand tout ma vie je n'ai vécu que pour faire plaisir au autres et aider les autres...Je ne trouve pas ça valorisant de me faire plaisir ou prendre soin de moi ça ne me rapporte pas la même satisfaction...ces domage et en même temps effrayant de ne pas savoir comment prendre soin de son propre bien-être,et de sentir que ça ne me rapporte rien de positif de le faire...Il faut probablement que je le pratique plus souvent et plus longtemps pour en ressentir les bien faits.

C'est à suivre.

Des idées ou des partage de votre part sur comment vous prenez soins de votre propre bien-être serait apprécier.

Au plaisir de vous lire!

Jobine

Re: Peur de retomber en épuisement: la prévention est possible

Bonjour Jobine,

Votre commentaire m'a beaucoup touchée, pour avoir déjà éprouvé les mêmes sentiments que vous dans le passé, je peux vous dire que le goût du plaisir s'acquiert lentement mais sûrement. L'autoflagéllation était tellement instaurée dans mon quotidien que cela transformait la réalité en un fardeau de tâches aussi épuisantes les unes que les autres et mes réalisations devinrent insuffisantes et de plus en plus exigeantes sans jamais satisfaire mes critères de ce qu'était la réussite!

Ceci dit, c'est quand j'ai arrêté de prendre la vie trop au sérieux et quand je me suis permise de me reposer et 'vedger' un peu à chaque jour que je me suis mise à rire et à épouver du plaisir dans mon travail.

Avant je considérais le repos comme un temps perdu, maintenant je le considère comme essentiel afin de dédramatiser le quotidien et éprouver du plaisir dans mon travail et mes loisirs.

ABYLIFY

MOI CA M'A PRIS 2 ANS ET FINALEMENT ABYLIFY M'A SAUVÉ