Couples et argent: attraction fatale entre dépensiers et économes

Les contraires s'attirent en ce qui concerne les attitudes envers l'argent, selon une récente étude soumise pour publication au Journal of Marketing Research.

"Nous avons tendance à être attirés par des partenaires qui partagent des caractéristiques démographiques, des attitudes et des valeurs similaires", dit Scott Rick de l'Université du Michigan, coauteur de l'étude. "Mais notre étude suggère que les opposés s'attirent en ce qui a trait aux réactions émotionnelles vis-à-vis les dépenses.
C'est-à-dire, qu'une personne qui dépense généralement moins qu'elle ne le souhaiterait idéalement et une personne qui dépense plus qu'elle n'aimerait le faire ont tendance à se marier ensemble."

Rick et ses collègues Deborah Small de l'Université de Pennsylvanie et Eli Finkel de l'Université Northwestern ont questionné plus de 1000 adultes mariés et non mariés pour vérifier si les sentiments liés aux dépenses prédisaient le choix d'un partenaire et si les différences entre partenaires affectaient le bien-être du couple.

L'étude montre que les personnes économes et dépensières ne sont pas heureuses de leurs réactions émotionnelles envers les dépenses et plus elles sont insatisfaites, plus elles sont susceptibles d'être attirées par des personnes ayant des vues opposées à ce sujet.

"Toutefois, cette attraction complémentaire semble finalement nuire à la relation, car elle est associée à de plus grands conflits et une diminution du bien-être conjugal", dit Rick. "Plus les partenaires diffèrent sur cette dimension, plus ils sont susceptibles de se disputer et moins ils sont satisfaits de leur relation".

"Cela demeure vrai même quand les revenus, les dettes et les économies sont considérés. C'est-à-dire que, même si une personne dépensière a plus de dettes si elle mariée avec une autre personne dépensière que si elle est mariée avec une personne économe, elle est quand même plus susceptible de se disputer au sujet de l'argent si elle est avec une personne économe."

Malgré la tendance à être attirées par des partenaires qui sont du style opposé pour les dépenses, les personnes non mariées croient que leur idéal de partenaire romantique devrait partager les mêmes vues qu'elles-mêmes sur les dépenses.

"Les gens ont tendance à avoir une mauvaise conscience introspective de ce qu'ils trouveront initialement attrayant chez des partenaires potentiels", considère Rick. "Nos résultats sont conformes à la déconnexion souvent observée entre ce que les gens disent qu'ils recherchent chez un compagnon ou une compagne et les caractéristiques réelles des partenaires qui les attirent. Ils semblent prévoir avec précision quels types de partenaires les rendront heureux à long terme, mais ces prévisions ne correspondent pas aux types qu'ils vont effectivement choisir", ajoute-t-il.

Voyez également:

Tendance dépensière ou radin?
La difficulté d'économiser liée à l'impulsivité dans d'autres domaines
DOSSIER: Comportements économiques et psychologie
DOSSIER: Couple et sexualité

Psychomédia avec source: University of Michigan
Tous droits réservés