Perfectionnisme et autocritique disposent à la dépression

La tendance à considérer qu'une performance moins que parfaite est inacceptable semble être une caractéristique relativement stable de la personnalité selon une étude publiée dans le Journal of Counseling Psychology qui montre aussi que la tendance à considérer que ses propres standards de performance ne sont pas rencontrés peut être un facteur de risque pour la dépression.

Les chercheurs ont administré des mesures de perfectionnisme et de dépression à 84 étudiants de niveau collégial 3 fois à l'intérieur de 15 semaines.
Les participants évaluaient à quel point ils s'identifiaient à des affirmations comme "Faire de mon mieux ne semble jamais assez", "Ma performance rencontre rarement mes standards", "Je pense que ma vie est un échec" et "J'ai des périodes de pleurs".

Le perfectionnisme était une caractéristique stable au cours de cette période. Le perfectionnisme inadapté était fortement associé à la dépression contrairement au perfectionnisme adapté (avoir de hauts standards sans auto-critique).

11 participants étaient dépressifs au début de la recherche et ne l'étaient plus à la fin de celle-ci. Bien que leur humeur ait changé, ils présentaient toujours le même niveau élevé de perfectionnisme.

"Nous avons été surpris que la stabilité soit aussi grande" dit l'auteur. Mais ces résultats sont consistants avec le traitement des troubles alimentaires et de la dépression dans lequel les gens font des progrès par rapport à ces troubles sans qu'il y ait de changements par rapport aux traits de personnalité problématiques associés avec ces troubles. Ainsi les perfectionnistes ayant déjà fait une dépression peuvent rester à risque de rechute.

Voyez également:

  • Le perfectionnisme nuit à la santé mentale
  • DOSSIER Dépression