Douleur chronique: définition et recommandations pour la prise en charge

La Haute Autorité de Santé (HAS, France) vient de publier des recommandations professionnelles pour améliorer la prise en charge des personnes souffrant de douleur chronique.

Elle propose la définition de l'International Association for the Study of Pain pour la douleur: une "expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire existante ou potentielle, ou décrite en termes évoquant une telle lésion".

La douleur chronique (ou syndrome douloureux chronique) est définie comme un syndrome multidimensionnel qui, lorsque la douleur exprimée, quelles que soient sa topographie et son intensité, persiste ou est récurrente au-delà de ce qui est habituel pour la cause initiale présumée, répond insuffisamment au traitement, ou entraîne une détérioration significative et progressive des capacités fonctionnelles et relationnelles du patient.
Les recommandations de la HAS, qui s’inscrivent dans le cadre du troisième plan national de lutte contre la douleur (2006-2010), concernent le parcours de soins en amont et en aval des structures multidisciplinaires d’évaluation et de traitement de la douleur chronique. Elles ne portent pas sur le traitement de la douleur.

L’objectif est de favoriser la mise en œuvre de parcours de soins adaptés et de favoriser les échanges d'informations entre les professionnels des structures spécialisées et ceux qui leur adressent des patients.

En voici les grandes lignes:

- L’identification et l’évaluation de la douleur chronique doit se faire en première intention en ambulatoire et prendre en compte notamment les antécédents, une auto-évaluation et la recherche de son retentissement social. Les recommandations détaillent les signes cliniques d’alerte.

- Après ce bilan initial, le patient peut être orienté vers une structure spécialisée pour un avis diagnostique, une évaluation ou un traitement complémentaire.

- Après l’évaluation par la structure spécialisée, le patient est soit réadressé vers son médecin traitant, soit suivi dans la structure, soit orienté vers une autre structure plus adaptée à sa situation clinique.

Psychomédia avec sources:
Caducée.net
Haute autorité de santé


Voyez également:

La douleur différente chez les femmes
Une carence en vitamine D liée à la douleur chronique chez les femmes
Nouveau programme de lutte contre la douleur chronique au Québec