L'agoraphobie est caractérisée par une peur et une anxiété concernant différentes situations dans lesquelles il pourrait être difficile de s'échapper ou l'aide pourrait ne pas être disponible en cas de symptômes tels que ceux de panique ou d'autres symptômes incapacitants ou embarrassants.

Les critères diagnostiques du DSM-5  (1) sont considérablement modifiés par rapport à ceux du DSM-IV.

Voici les critères diagnostiques du DSM-5 :

  1. Peur ou anxiété marquée concernant 2 (ou plus) des 5 situations suivantes :

    1. Utiliser les transports publics (ex., automobiles, autobus, trains, navires, avions).
    2. Être dans des espaces ouverts (ex., parcs de stationnement, marchés, ponts).
    3. Être dans des endroits fermés (ex., magasins, théâtres, cinémas).
    4. Faire la file ou être dans une foule.
    5. Être à l'extérieur de la maison seul(e).
  2. La personne craint ou évite ces situations en raison de pensées que s'échapper de ces situations peut être difficile ou que de l'aide pourrait ne pas être disponible en cas de symptômes de panique ou d'autres symptômes incapacitants ou embarrassants (par exemple, la peur de tomber chez les personnes âgées, la peur de l'incontinence).

  3. Les situations agoraphobes provoquent presque toujours de la peur ou de l'anxiété.

  4. Les situations agoraphobes sont activement évitées, nécessitent la présence d'un compagnon, ou sont vécues avec une peur ou une anxiété intense.

  5. La peur ou l'anxiété est disproportionnée par rapport au danger réel que représentent les situations agoraphobes et le contexte socioculturel.

  6. La peur, l'anxiété ou l'évitement est persistant, généralement pendant 6 mois ou plus.

  7. La peur, l'anxiété ou l'évitement cause une détresse cliniquement significative ou une altération du fonctionnement social, professionnel ou autres.

  8. Si une autre affection médicale (ex. maladie inflammatoire de l'intestin, maladie de Parkinson) est présente, la crainte, l'anxiété ou l'évitement est manifestement excessif.

  9. La peur, l'anxiété ou l'évitement n'est pas mieux expliqué par les symptômes d'un autre trouble mental - par exemple, les symptômes ne se limitent pas à la phobie spécifique de type situationnel ; ne se rapportent pas uniquement aux situations sociales (comme dans le trouble d'anxiété sociale) et ne sont pas exclusivement liés aux obsessions (comme dans le trouble obsessionnel compulsif), aux défauts perçus ou aux défauts de l'apparence physique (comme dans le trouble de dysmorphie corporelle), aux rappels d'événements traumatisants comme dans le syndrome de stress post-traumatique), ou à la peur de la séparation (comme dans le trouble d'anxiété de séparation).

Note : L'agoraphobie est diagnostiquée indépendamment de la présence d'un trouble panique. Si la présentation d'un individu répond aux critères de trouble panique et d'agoraphobie, les deux diagnostics doivent être attribués.

(1) DSM-5, Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (« Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders »), publié par l'American Psychiatric Association en 2013.

Psychomédia
Tous droits réservés