Effet placebo: votre cerveau est-il doué pour libérer des antidouleurs naturels?

Pourquoi certaines personnes obtiennent-elles un effet placebo qui les fait se sentir mieux quand elles reçoivent un traitement inactif (placebo) qu'elles croient efficace alors que d'autres n'éprouvent pas du tout cet effet ?

Une étude, publiée dans la revue Neuron, montre que l'effet placebo est étroitement lié à l'activité d'une certaine région du cerveau lors d'attentes positives.
Les personnes qui bénéficient le plus d'un effet placebo sont celles qui présentent également une plus grande activité dans cette région du cerveau lors d'attentes positives dans d'autres circonstances.

En utilisant deux différents types d'imagerie (scan) du cerveau, des chercheurs de l'Université du Michigan ont observé un lien étroit entre la réponse à un anti-douleur placebo (produit inactif auquel des propriétés anti-douleurs sont attribuées) et le niveau d'activité d'une région du cerveau qui variait selon le degré d'anticipation de l'efficacité du produit.

Plus les participants s'attendaient à ce que le produit soit efficace, plus la libération de dopamine dans le noyau accumbens était élevée et plus ils obtenaient un effet antidouleur.

Le noyau accumbens est une petite région au centre du cerveau qui est impliquée dans la capacité d'éprouver du plaisir et dans la dépendance au "high" apporté par des drogues ou le gambling.

Une étude précédente de cette équipe, dirigée par le neuroscientifique Jon-Kar Zubieta, était la première à montrer que le simple fait de penser qu'une pilule allait soulager la douleur était suffisant pour amener le cerveau à libérer ses propres antidouleurs naturels, appelés endorphines, et que cette libération était liée à la réduction de douleur que la personne ressentait.

Dans cette étude, les chercheurs ont pris des images de l'activité du cerveau alors que les participants anticipaient et ressentaient (ou non) l'effet antidouleur d'un placebo. Ils ont aussi pris des images lors d'un jeu où ils anticipaient des pertes ou des gains d'argent.

Ils ont observé que les participants qui s'attendaient à ce que le placebo soulage une douleur (provoquée expérimentalement) ont bénéficié d'un plus grand soulagement et d'une plus grande amélioration de l'état émotionnel. Environ la moitié rapportait une diminution significative de la douleur.

Et, fait intéressant, ils étaient également ceux qui anticipaient gagner le plus lors du jeu et qui présentaient une plus grande activité dans le noyau accumbens lorsqu'ils anticipaient des gains.

"Ce qui m'a surpris le plus est le fort lien entre le processus relié à la récompense et la prédiction de la réponse placebo", dit Zubieta. "Si vous avez la capacité d'anticiper les récompenses, vous avez la capacité d'effet placebo".

"Nos résultats, considère-t-il, "suggèrent que la réponse placebo peut faire partie d'un mécanisme plus large" qu'il qualifie de mécanisme de résilience du cerveau.

Voyez également:


Psychomédia avec sources: Scientific American, Eurekalert.