Des polluants domestiques liés au trouble déficit d'attention et hyperactivité (TDAH)

Des chercheurs de l'Université de Boston ont constaté un lien entre des taux sanguins élevés de composés perfluorés (PFC) et le trouble déficitaire de l'attention et hyperactivité (TDAH). Cette étude est publiée dans la revue Environmental Health Perspectives.

Les composés perfluorés (PFC) sont des produits chimiques synthétiques utilisés dans une vaste gamme de produits industriels et de consommation tels qu'emballages alimentaires (notamment emballages allant au micro-onde tels que les sacs de popcorn), revêtements anti-adhésifs (poêles), revêtements antitaches, vêtements imperméabilisés, adhésifs, cosmétiques, produits de nettoyage, mousses extinctrices, etc.
Kate Hoffman et ses collègues ont utilisé les données de l'étude National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES). Ils ont comparé les niveaux de PFC chez 571 adolescents âgés de 12 à 15 ans, dont 48 avaient un diagnostic de TDAH.

Quatre types de PFCs étaient étudiés: le perfluorooctane sulfonate (PFOS), le perfluorooctanoate (PFOA), l'acide perfluorononanoïque (PFNA) et l'acide perfluorohexane sulfonique (PFHxS). Une étude NHANES, menée en 2003-2004, avait montré que des taux sanguins de PFCs sont détectables chez 98 % de la population. Une fois les PFCs absorbés par l'organisme, des années peuvent être nécessaires pour que certains types soient partiellement éliminés.

Des études sur des animaux ont suggéré que l'exposition aux PFCs pouvait avoir des effets neurotoxiques. Il y a peu d'informations cependant sur les effets de ces produits sur le développement humain.

Voyez également:

Mise en garde contre le PFOA des poêles anti-adhésives, emballages de popcorn, etc.
Les phthalates liés au trouble déficit d'attention et hyperactivité (TDAH)
Le plomb lié au trouble déficit d'attention et hyperactivité (TDAH)
Un lien clair entre additifs alimentaires et hyperactivité chez les enfants
DOSSIER : Trouble déficit d'attention et hyperactivité (TDAH)

Psychomédia avec source:
Boston University School of Public Health
Tous droits réservés