Hyperactivité: la Ritaline en dernier recours, recommande la revue Prescrire

Pour les enfants atteints d'hyperactivité avec déficit de l'attention, le médicament Ritaline (méthylphénidate, Ritalin ou autre) ne devrait être utilisé qu'en dernier recours du fait de ses effets secondaires indésirables graves, considère la revue Prescrire dans son numéro d'avril.

Le traitement de ces enfants, dont le comportement a des conséquences sociales, scolaires et familiales préoccupantes, devrait d'abord passer par une prise en charge pluridisciplinaire, associant suivi psychologique, éducatif et éventuellement social, précise-t-elle.

Le méthylphénidate, d'une efficacité modeste, devrait être un recours exceptionnel chez des enfants très perturbés quand cette prise en charge est insuffisante.

Il s'agit d'un médicament de la famille des amphétamines, "dont il partage les effets indésirables, parfois graves (cardiovasculaires, psychiatriques et cérébrovasculaires), voire mortels". De plus, il entraîne des retards de croissance jusqu’à 1,5 cm par an.

"Le nombre de remboursements de ces traitements est en augmentation croissante, ce qui n’est pas du tout rassurant", considère la revue.

Voyez également:

Psychomédia avec source: Revue Prescrire
Tous droits réservés

Commentaires

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur "Sauvegarder les paramètres" pour activer vos changements.

Ritaline et enfance

Encore une avancée majeure dans la santé mentale de la médecine ! Une revue, reconnue compétente, qui révèle clairement les mauvais traitemments infligés de longue date aux patients.
Prétextant des soins s'expliquant par des connaissances hyper-techniques, des années d'études, les experts psychiatriques ont pu tromper parents, étudiants, éducateurs, élus, tribunaux en bluffant sur les effets nocifs de ces dits soins...
Bravo aux responsables de la revue Prescrire et aux autres responsables des médias qui la citent.
Bravo aux membres de la justice qui ont saisi ce qui se passait vraiment.