Maigrir: un médicament d'un nouveau type amène une perte de poids rapide

Un médicament qui coupe l'approvisionnement en sang des cellules adipeuses (cellules de graisse) a été testé avec succès chez l'animal, rapportent les auteurs d'une étude publiée dans la revue Science Translational Medicine. Les chercheurs espèrent obtenir l'autorisation de commencer des tests chez l'humain dans les prochains mois. Cette stratégie est déjà à la base d'une quinzaine de médicaments anti-cancer qui inhibent l'alimentation des tumeurs.

Le médicament, appelé adipotide, ne se lierait qu'aux vaisseaux sanguins qui alimentent les dépôts de graisses, les attaquant ensuite et causant leur mort et celles des cellules qu'ils alimentaient.

Wadih Arap et Renata Pasqualini de l'Université du Texas ont testé cette approche chez 10 singes. Le médicament a entraîné une perte de 11% de leur poids après 4 semaines de traitement. La plus grande partie de cette perte est survenue 3 semaines après l'arrêt du traitement.

Les singes, rapportent les chercheurs, continuaient à manger et ne semblaient pas souffrir de nausée ou d'inconfort. Mais ont commencé à manger moins, ce qui a été une surprise pour les chercheurs, car la perte de poids amène typiquement une augmentation de l'appétit.

La libération rapide de cellules de graisse dans le flux sanguin ne semblait pas causer des niveaux dangereux circulant dans l'organisme où ils pourraient causer l'inflammation des vaisseaux sanguins, perturber le métabolisme et entraîner une augmentation de l'appétit. Ces cellules semblaient plutôt brûlées comme source d'énergie.

Une hypothèse formulée par Randy Seeley de l'Université de Cincinnati est que les cellules restantes des dépôts de graisse envoient aux centres de l'appétit du cerveau des messages selon lesquels elles fonctionnent à pleine capacité et ne peuvent emmagasiner davantage, ce qui entraînerait la baisse d'appétit.

Yihai Cao de l'Institut Karolinska en Suède souligne qu'il faudra démontrer clairement que l'adipotide n'attaque que les vaisseaux alimentant les cellules adipeuses et préciser les mécanismes qui affectent l'appétit et les améliorations métaboliques.

Quant aux effets secondaires, le médicament semblait causer une déshydratation, une baisse des niveaux de phosphores et de potassium et de petites lésions su rein chez certains. Ces effets disparaissaient après l'utilisation, indiquent les chercheurs, mais ils sont préoccupants car ces derniers souhaitent obtenir l'autorisation de la Food and Drug Administration (FDA) américaine pour débuter des essais chez l'humain dans les prochains mois.

Ils envisagent de tester le médicament chez des hommes obèses atteints de cancer de la prostate. Ces derniers sont deux fois plus susceptibles que ceux de poids normal de mourir de la maladie. Ces hommes présentent un risque assez élevé, faut-il croire ... car le médicament semble présenter bien des inconnues.

Selon Chris Anzalone, directeur d'Arrowhead Research Corp, la firme développant le médicament en partenariat avec les chercheurs, ce médicament sera probablement destiné à une utilisation à court terme, laissant aux utilisateurs la tâche difficile de maintenir la perte de poids.

Voyez également:

Psychomédia avec source: Los Angeles Times. Tous droits réservés.