Médicaments: les médecins ignorent souvent les effets secondaires (ex. des statines contre le cholestérol)

Quand les patients rapportent ce qu'ils croient être des effets secondaires d'un médicament, les médecins auraient souvent tendance à rejeter le lien avec le médicament même s'il s'agit d'effets secondaires reconnus, selon une récente recherche américaine publiée dans le revue Drug Safety.

Dans une enquête auprès de 650 personnes (recrutées sur internet) ayant vécu des effets secondaires reliés aux statines (médicaments anti-choléstérol tels que Lipitor et Zocor), plusieurs rapportent que leur médecin rejetait l'idée que leurs symptômes pouvaient être liés au médicament.
"Les médecins semblent couramment mettre de côté la possibilité d'un lien. Cela semble se produire même pour les effets secondaires les plus reconnus des classes de médicaments les plus couramment prescrits", affirme Beatrice A. Golomb de l'Université de Californie à San Diego, principale auteure de la recherche.

"Il y a une nette nécessité d'une meilleure formation des médecins sur les effets secondaires des médicaments et les patients doivent fortement s'impliquer pour rapporter les effets secondaires", considère-t-elle.

Les effets secondaires les plus connus des statines sont les dommages au foie et les problèmes musculaires, mais ces médicaments sont aussi associés, entre autres, à des changements au niveau de la mémoire, de la concentration et de l'humeur.

Selon cette recherche, dans la grande majorité des cas, c'est le patient, et non le médecin, qui a initié la discussion sur les effets secondaires.

Quelque 47% des patients ayant eu des problèmes musculaires ou des problèmes cognitifs (mentaux) ont rapporté que leurs médecins ont rejeté la possibilité que leurs symptômes soient liés aux statines alors que 51% des patients ayant eu des symptômes neuropathiques, douleurs reliées aux nerfs ou engourdissements qui affectent les extrémités, ont rapporté que leurs médecins ont nié un lien possible avec les statines.

Les médecins avaient plutôt tendance, rapportent les participants, à attribuer les symptômes au vieillissement par exemple.

Alors que l'étude n'était pas conçue pour expliquer le comportement des médecins, les chercheurs notent que l'industrie pharmaceutique défend auprès des médecins la valeur thérapeutique de ses médicaments et qu'il n'y a pas de groupe d'intérêt équivalent qui s'assurerait que les médecins apprennent quels sont les effets secondaires des médicaments.

Selon le professeur Jerry Avorn de l'école de médecine de l'Université Harvard, de 90% à 99% des effets secondaires sérieux des médicaments ne sont pas rapportés à la Food and drug Administration (FDA) par les médecins.

Et pourtant, la FDA se fie beaucoup sur ces rapports. Certains argumentent que la FDA devrait solliciter davantage des informations sur les effets secondaires directement des patients, ce qui se fait déjà en Nouvelle-Zélande et dans d'autres pays. Dr. Golomb et d'autres craignent que, si même les effets secondaires les plus connus ne sont pas rapportés par les médecins, il peut être très long avant que d'autres effets secondaires soient rapportés et deviennent reconnus.

Voyez également:

Cholestérol élevé, prescription de changements alimentaires ou de médicaments?
Les soins médicaux proposés aux personnes âgées méritent réflexion

Psychomédia avec source:
Washington Post
Tous droits réservés

Commentaires

Options d'affichage des commentaires

Sélectionnez la méthode d'affichage des commentaires que vous préférez, puis cliquez sur "Sauvegarder les paramètres" pour activer vos changements.

Il est grand temps de

Il est grand temps de connaitre la vrais veritée sur tout ce que je lie ce soir sur la medecine Française..............Mais ou va t on!!!!!!!!!Que devons nous faire devant notre comprimé de symvastatine!!!!!!!!!! chaque matin!!!!!!!!!! Je suis là devant mon ordinateur( bien mieux informer que nos grands parents et meme parents).Mais tellement desemparee devant toutes ces revelations ......... Qui preche la bonne parole!!!!!!!!!