Médicaments illicites sur Internet : vaste opération d'Interpol

La moitié des médicaments vendus sur Internet seraient des contrefaçons selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Interpol a rendu publics, jeudi, les résultats d'une opération d'ampleur menée en partenariat avec l'OMS pour lutter contre les ventes illicites sur Internet de médicaments soumis à prescription médicale obligatoire ou susceptibles d'être de faux médicaments. Cette opération a impliqué 24 pays dont la France.

Cette opération, à laquelle ont participé en France la police, la gendarmerie et les douanes en collaboration avec l'Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (OCLAESP) et avec l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), a permis une série d'arrestations, la saisie de médicaments et pourra conduire au démantèlement de réseaux illicites.
Quelque 800 sites illégaux ont été identifiés dont 125 proposant des produits en français. La grande majorité de ces officines en ligne étaient enregistrées sous de fausses adresses ou étaient hébergées à l'étranger. Les renseignements ont été transmis à Interpol, qui les fera suivre aux pays concernés. Plusieurs vendeurs présumés ont également été localisés en France. Six personnes ont été interpellées et placées en garde à vue.

Des médicaments saisis (psychotropes, anabolisants stéroïdiens, anxiolytiques, substitutifs aux opiacés et autres produits de santé) vont faire l'objet d'analyses par la Direction des laboratoires et des contrôles de l'Afssaps.

Les médicaments contrefaits sont en général fabriqués dans des laboratoires en Chine, en Inde ou au Proche-Orient, indique Jérôme Fournel, directeur général des Douanes. Ces dernières années, un trafic spécifiquement destiné à l'Europe s'est développé, à cause d'Internet. Un véritable marché parallèle prospère désormais sur le Web. Les produits traitant les troubles de l'érection (Viagra, Cialis, ...) sont les plus recherchés, devant les médicaments à visée amaigrissante, les stimulants et les produits dopants.

Psychomédia avec sources:
Le Point
Le Figaro


Voyez également:

L'achat de médicaments contrefaits sur Internet augmente malgré les dangers
62% des médicaments vendus en ligne sont faux, 95% des pharmacies illégales
Mise en garde contre l'achat de Tamiflu (oseltamivir) sur Internet