La lutéoline améliorerait la mémoire

Une alimentation riche en lutéoline réduit l'inflammation dans le cerveau et les déficits de mémoire qui y sont liés en inhibant la libération de molécules inflammatoires, selon une étude américaine publiée dans le Journal of Nutrition.

La lutéoline se trouve dans de nombreuses plantes dont les carottes, les poivrons, le céleri, l'huile d'olive, la menthe poivrée, le romarin et la camomille.

Rodney Johnson de l'Université de l'Illinois et ses collègue ont étudié les effets de la lutéoline provenant de l'alimentation sur des souris.
Ils se sont concentrés sur les cellules microgliales, des cellules immunitaires spécialisées qui se trouvent dans le cerveau et la moelle épinière. En réponse à des infections, les microglies produisent des cytokines qui provoquent une cascade de changements chimiques dans le cerveau. Les cytokines inflammatoires, induisent un "comportement de maladie": somnolence, perte d'appétit, troubles de la mémoire et comportements dépressifs qui accompagnent souvent la maladie.

L'inflammation dans le cerveau semble également être un facteur clé de problèmes de mémoire liés à l'âge, indiquent les chercheurs.

"Nous avons constaté précédemment que lors du vieillissement normal, les cellules microgliales sont dé-régulées et commencent à produire des niveaux excessifs de cytokines inflammatoires", explique Johnson. "Nous pensons que cela contribue au vieillissement cognitif et est un facteur prédisposant au développement de maladies neurodégénératives" (telles que la maladie d'Alzheimer).

Les chercheurs ont montré que les cellules microgliales qui ont été exposées à une toxine bactérienne produisait des cytokines inflammatoires qui pourraient tuer des cellules nerveuses. Lorsque les microglies étaient exposées à la lutéoline avant l'exposition à la toxine, les cellules nerveuses survivaient parce que la lutéoline inhibait la production de médiateurs inflammatoires neurotoxiques.

L'effet d'une alimentation enrichie de lutéoline a ensuite ensuite testé sur des souris adultes et des souris âgées. Les souris âgées ayant reçu l'alimentation enrichie réussissaient mieux à des tests d'apprentissage et de mémoire que leurs pairs et les niveaux d'inflammation dans l'hippocampe, une région du cerveau importante pour la mémoire, se rapprochaient du niveau des jeunes souris adultes.

Cette étude a été financée en partie par les National Institutes of Health.

Voyez également:

DOSSIER Psychomédia : Alimentation et santé

Psychomédia avec source:
University of Illinois
Tous droits réservés