L'exposition prénatale à des niveaux même modérés d'un pesticide couramment utilisé est liée à des anomalies du développement neurologique, selon une étude américaine publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences. Le chlorpyrifos (CPF, nom commercial Dursban) est un pesticide dont l'utilisation domestique a été bannie en 2001 aux États-Unis mais qui demeure largement utilisé en agriculture et dans les espaces publics comme les parcs, les abords des autoroutes, les terrains de golfs…

Virginia Rauh et Bradley Peterson de l'Université Columbia ont comparé, au moyen de l'imagerie par résonance magnétique (IRM), les cerveaux de 20 enfants new-yorkais âgés de 6 à 11 ans dont les mères ont été exposées aux niveaux les plus élevés (mais demeurant en-dessous du seuil d'exposition aiguë) et 20 enfants dont les mères ont été exposées aux niveaux les plus faibles.

Chez les enfants dont les mères étaient les plus exposées, certaines zones du cortex étaient plus développées que la normale et d'autres l'étaient moins. Des régions impliquées dans l'attention, le langage, le système dit de récompense, les émotions et le contrôle peuvent être affectées par le pesticide, ont constaté les chercheurs. Et, chez ces enfants, les différences cérébrales normales liées au sexe n'étaient pas présentes, ce qui pourrait affecter les hormones et le comportements.

Les chercheurs recommandent aux femmes enceintes de se tenir loin de l'épandage de pesticides, de laver les fruits et légumes avant de les consommer et d'essayer de se procurer des aliments organiques.

Psychomédia avec sources: Bloomberg, National Post. Tous droits réservés.