Les interventions psychologiques inefficaces pour la prévention du stress post-traumatique

Les interventions psychologiques qui visent à prévenir le développement d'un trouble de stress post-traumatique (SPT) peu de temps après une expérience traumatique ne s'avèrent pas efficaces selon une méta-analyse des études publiées sur le sujet. Cette analyse portait sur 11 études de traitements comportant plusieurs sessions et impliquant toutes les personnes concernées par les événements en cause qu'il y ait présence de symptômes ou pas. Deux analyses précédentes avaient indiqué une inefficacité des interventions comportant une seule session.
Aucun bénéfice n'a été démontré, en ce qui concerne la prévention du SPT, pour toutes les interventions étudiées et il y a même quelques indications que ces interventions peuvent empirer l'évolution pour certaines personnes, a déclaré Neil Roberts de l'hôpital universitaire de Wales à Cardiff (Royaume-Uni) qui a dirigé l'analyse.

"Notre recommandation est donc que cette approche ne soit pas utilisée par défaut pour toutes les personnes impliquées dans un événement traumatique", dit-il.

Les chercheurs ont analysé les données de 11 études impliquant un total de 941 personnes exposées à des événements traumatiques et présentant différents niveaux de risque. Les interventions incluaient la thérapie cognitivo-comportementale et le counselling individuel et de groupe. Aucune d'elles n'avait été efficace pour prévenir le stress post-traumatique et les personnes qui avaient reçu les traitements étaient même plus susceptibles de rapporter des symptômes de SPT après 3 ou 6 mois que les personnes qui n'en avaient pas reçu.

Les auteurs tiennent à souligner que cette analyse ne doit pas être interprétée comme suggérant que l'intervention psychologique n'a pas de rôle à jouer dans le traitement du stress post-traumatique. "La présente étude se penchait sur la prévention de l'apparition de symptômes et excluait délibérément les interventions où la thérapie était offerte seulement aux personnes qui avaient déjà manifesté des symptômes de stress post-traumatique", souligne Roberts. Nous évaluons présentement le succès d'interventions offertes comme traitement à des personnes qui ont déjà développé des symptômes".

Il y a un besoin urgent de réaliser plus de recherches sur le sujet, dit-il, car "combinée avec les résultats d'analyses précédentes, notre étude indique qu'il n'y a actuellement pas d'option efficace pour la prévention du SPT, peu de temps après un événement traumatisant".

Cette analyse est publiée dans la revue Stress and Health de Wiley-Blackwell.

Psychomédia avec source:
Eurekalert

Voyez également:

Qu'est-ce que le stress post-traumatique?
Traumatismes: l'efficacité des interventions psychologiques remise en question
DOSSIER: Traumatismes et état de stress post-traumatique