Nous sommes portés à blâmer les longs retards de vol, le rétrécissement des sièges et une baisse générale de la civilité pour la « rage de l'air », disent les auteurs d'une étude publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS). Mais ils ont identifié un facteur qui contribue de façon beaucoup plus importante à augmenter les incidents perturbateurs.

Katy A. DeCelles et Michael I. Norton respectivement des universités de Toronto et Harvard ont analysé une base de données de milliers de cas d'incidents perturbateurs sur plusieurs années.

Les incidents étaient suffisamment graves pour être considérés comme une menace pour la sécurité à bord, tels que des passagers refusant de s'asseoir, hurlant des obscénités à un agent de bord ou interférant avec les capteurs de fumée afin de fumer une cigarette. La majorité des incidents impliquaient un comportement belliqueux ou une intoxication.

Les incidents de rage de l'air, ont-ils constaté, étaient plus probables lorsque l'avion avait une cabine de première classe. Les probabilités augmentaient lorsque les passagers de la classe économique devaient traverser la première classe pour accéder à leurs sièges.

La simplement présence d'un compartiment de première classe multipliait par quatre la probabilité d'incidents, ce qui équivaut à l'effet d'un retard de vol de neuf heures. Les comportements problématiques étaient plus élevés, non seulement chez les passagers de la classe économique mais aussi chez ceux de la première classe.

D'autres facteurs tels que l'entassement, la consommation d'alcool et les longs vols contribuaient aux incidents perturbateurs, explique la Pre DeCelles, mais leur impact était plus faible que ce à quoi nous pourrions nous attendre.

Elle croyait, dit-elle, que le manque de place pour les jambes serait un facteur important, mais il ne l'était pas.

Bien que l'étude n'abordait pas les raisons pour ces résultats, des recherches précédentes ont montré que les gens ont tendance à avoir une moins bonne santé, moins de bien-être et de moins bons comportements quand ils éprouvent une privation par comparaison ou se sentent traités de façon inégale ou injuste. Cette étude montre que même des expériences temporaires d'inégalité peuvent avoir des effets négatifs, soulignent les chercheurs.

Ces résultats, ajoutent-ils, ont des implications pour tout environnement physique où les différences de classe ou de statut sont évidentes - comme un lieu de travail où les employés de niveau inférieur doivent passer par les bureaux de direction pour se rendre à leurs cubicules.

Les compagnies aériennes qui veulent examiner les moyens de réduire les comportements négatifs, suggèrent les chercheurs, pourraient vouloir penser à des façons de minimiser les différences entre les groupes de passagers, tels que l'aménagement d'un double système d'accès par exemple.

Psychomédia avec sources : University of Toront, PNAS.
Tous droits réservés