Le statut social de vos ancêtres très lointains exerce encore, à un degré surprenant, une influence sur vos chances dans la vie, disent les auteurs d'une étude publiée dans la revue Human Nature. Du moins est-ce vrai en Angleterre. Les chercheurs montrent que la mobilité sociale en Angleterre a toujours été lente et qu'elle n'est pas beaucoup plus grande aujourd'hui qu'elle ne l'était à l'époque pré-industrielle.

Les gens dont le nom de famille révèle qu'ils descendent des conquérants normands de 1066 sont toujours aujourd'hui plus susceptibles que la moyenne des Britanniques d'appartenir à la classe supérieure, indiquent-ils.

Le statut social est un classement basé sur des aspects tels que l'éducation, le revenu, la richesse, la profession et la santé.

Gregory Clark (1) de l'Université de Californie à Davis, et Neil Cummins de la London School of Economics ont utilisé diverses bases de données pour analyser la trajectoire sociale, sur plus de 28 générations, de familles qui ont des noms anglais rares.

Ils ont utilisé les données de fréquentation des universités d'Oxford et de Cambridge de 1170 à 2012; des données concernant les riches propriétaires entre 1236 et 1299 ainsi que le registre successoral national depuis 1858.

Le statut social est systématiquement transmis au sein des familles sur plusieurs générations, ont-ils constaté. La mobilité sociale en Angleterre a toujours été lente et, en 2012, elle n'était pas beaucoup plus grande qu'elle ne l'était à l'époque pré-industrielle, disent-ils.

Il est remarquable, notent-ils, de constater la persistance du statut malgré des changements institutionnels majeurs, tels que la révolution industrielle des années 1700, la scolarisation universelle à la fin des années 1800, ou la montée de l'État social-démocrate dans les années 1900. "La persistance du statut mesurée par le niveau d'éducation est tout aussi forte aujourd'hui qu'à l'époque pré-industrielle".

(1) Auteur de : « The son also rises. Surnames and the history of social mobility », Princeton University Press, 2014.

Psychomédia avec source: Springer
Tous droits réservés