Comparés à beaucoup d'animaux, les yeux humains ne sont pas particulièrement capables de distinguer les couleurs ou de voir dans la noirceur.

Mais selon au moins une mesure, celle de l'acuité, ils peuvent voir de fins détails que la plupart des animaux ne peuvent pas, selon des chercheurs de l'Université Duke.

Dans un article publié dans la revue Trends in Ecology & Evolution, Eleanor Caves de l'Université Duke et ses collègues ont compilé des estimations de l'acuité visuelle d'environ 600 espèces d'insectes, oiseaux, mammifères, poissons et autres animaux.

Dans tout le règne animal, la plupart des espèces voient le monde avec beaucoup moins de détails que nous, indique la chercheure.

Les chercheurs ont estimé l'acuité visuelle en fonction de l'anatomie de l'œil de l'animal - comme l'espacement et la densité des structures de détection de la lumière - ou en utilisant des tests comportementaux.

La limite de vision de détails des yeux humains est d'environ 60 cycles par degré (du champ visuel). Les chimpanzés et autres primates ont une vue similaire.

Quelques oiseaux de proie font mieux. Par exemple, l'aigle à queue triangulaire de l'Australie peut voir 140 cycles par degré, soit plus de deux fois la limite de l'acuité humaine. Les aigles peuvent apercevoir quelque chose d'aussi petit qu'un lapin tout en volant à des milliers de pieds au-dessus du sol.

Mais à part quelques aigles, vautours et faucons, la plupart des oiseaux voient moins de 30 cycles par degré, soit moins de la moitié des détails que les humains peuvent voir.

Il en va de même pour le poisson. L'acuité la plus élevée chez un poisson n'est qu'à peu près la moitié de notre acuité.

Les humains peuvent voir 4 à 7 fois plus de détails que les chiens et les chats, et 100 fois plus qu'une souris ou une mouche à fruits.

Les chercheurs ont créé une série d'images montrant comment des scènes peuvent apparaître différemment à divers animaux à l'aide d'un logiciel qu'ils ont développé, AcuityView.

Les images produites ne représentent pas ce que les animaux voient réellement, expliquent les chercheurs. Car alors que les yeux absorbent l'information visuelle, le cerveau lui donne un sens.

Il est probable que certaines choses soient plus nettes ou plus faciles à détecter grâce à l'amélioration des bords et à d'autres formes de « post-traitement » qui se produisent une fois que l'information visuelle est relayée au cerveau, explique Eleanor Caves. Mais le logiciel donne une idée de l'information visuelle avec laquelle le cerveau doit travailler.

Pour plus d'informations, voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec sources : Duke University, Trends in Ecology & Evolution.
Tous droits réservés.