L'édition 2020 du réputé classement de Shanghaï, classant les 500 meilleures universités dans le monde selon leur performance en recherche dans 54 disciplines, a été publiée le 15 août.

Comme dans les années précédentes, un constat qui se dégage est un faible classement en psychologie pour la France dont 10 universités apparaissent dans le classement.

Pour être incluses dans le classement d'une discipline, les universités doivent avoir publié un nombre minimum d'articles de recherche au cours de la période 2014-2018. Sont notamment tenus en compte le nombre de fois où ces recherches sont citées, les collaborations internationales et les récompenses importantes obtenues par les chercheurs d'une institution depuis 1981.

En psychologie, comme en 2019, l'Université Harvard (États-Unis) arrive en première position. Le top 10 est occupé par 9 des mêmes universités qu'en 2019, avec quelques déplacements. Huit positions du top 10 sont occupées par des universités américaines. Les deux autres sont l'Université College London du Royaume-Uni et l'Université de Toronto du Canada.

  1. Université Harvard, États-Unis ;
  2. Université College London, Royaume-Uni ;
  3. Université Stanford, États-Unis ;
  4. Université Yale, États-Unis ;
  5. Université de Californie à Los Angeles, États-Unis ;
  6. Université de Pennsylvanie, États-Unis ;
  7. Université Columbia, États-Unis ;
  8. Université de Toronto, Canada ;
  9. Université de New York, États-Unis ;
  10. Université Northwestern, États-Unis ;

France

Pour ce qui est de la France, elle a réalisé une percée dans le classement général, dominé par les États-Unis, avec l'Université Paris-Saclay en 14e position comparativement à la 44e position avec l'Université Sorbonne en 2019.

Fondée fin 2019, rapporte Le Monde, « l’université Paris-Saclay allie à l’ex-université Paris-Sud quatre grandes écoles et sept laboratoires de recherche, pour un total de 48 000 étudiants, 9 000 chercheurs et enseignants-chercheurs, 275 laboratoires et 7 organismes de recherche représentant 13 % du potentiel de recherche français ».

Mais pas de percée en psychologie, Paris-Saclay se situant entre les 301e et 400e positions, comme Paris-Sud en 2019 (les rangs ne sont pas spécifiés précisément au-delà de la 50e position). Voici les 10 universités qui apparaissent dans le classement :

  • dans le top 150 : l'université d'Aix-Marseille et l'Université Paris Science & Lettres (Université PSL, fondée en 2019 et constituée par le rapprochement de 11 institutions académiques et de recherche parisiennes) se situent entre les 101e et 150e positions ;

  • l'Université de Paris se situe entre les 151e et 200e positions ;

  • les universités Claude Bernard Lyon 1, Sorbonne, Genoble Alpes et Montpellier, entre les 201e et 300e positions ;

  • l'École des hautes études en Sciences sociales, les universités de Bordeaux et Paris-Saclay entre les 301e et 400e positions ;

Canada, Québec

Au Canada, 27 universités apparaissent dans le classement, parmi lesquelles, 6 québécoises :

  • l'Université McGill (anglophone) se situe entre le 51e et le 75 rang ;

  • l'Université de Montréal, entre les 101e et 150e ;

  • l'Université du Québec à Montréal, entre les 151e et 200e ;

  • les universités Concordia (anglophone) et Laval entre les 201e et 300e ;

  • l'Université du Québec à Trois-Rivières, entre les 401e et 500e.

L'Academic Ranking of World Universities est publié depuis 2003. Depuis 2009 un classement est établi par disciplines.

Deux autres grands classements mondiaux des universités dans les différentes disciplines, dont la psychologie, sont ceux :

Ces deux classements sont également caractérisés par une domination américaine et un faible classement de la France.

Pour plus d'informations sur les études universitaires et sur les études en psychologie, voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec sources : Shangai Ranking, Le Monde.
Tous droits réservés.