La progestérone, une autre hormone des liens sociaux

Se sentir émotionnellement proche de quelqu'un augmente les niveaux de l'hormone progestérone, ce qui stimule le bien-être et réduit l'anxiété et le stress, selon une étude publiée dans la revue Hormones and Behavior. Par ailleurs, une étude précédente avait montré que des niveaux plus élevés de progestérone augmentaient le désir de contacts avec les autres.

"L'étude montre que la progestérone fait probablement partie de la base neuro-endocrine des liens sociaux chez les humains", dit Stephanie Brown de l'Université du Michigan qui a dirigé cette étude. Plusieurs recherches ont récemment montré un rôle important de l'hormone ocytocine pour les liens sociaux et l'attachement.
La progestérone est une hormone sexuelle qui fluctue avec le cycle menstruel. Elle est aussi présente, à des niveaux plus faibles, après la ménopause et chez les hommes.

"Les liens entre cette hormone et les relations sociales peuvent aider à comprendre pourquoi des personnes qui ont des relations intimes sont plus heureux, plus en santé et vivent plus longtemps que celles qui sont isolées socialement", commente Brown.

Avec ses collègues, elle a étudié le lien entre la proximité interpersonnelle et le taux de progestérone présent dans la salive chez 160 étudiantes de niveau collégial.

Elles étaient groupées par deux aléatoirement et devaient exécuter soit une tâche destinée à susciter un sentiment de proximité affective, soit une tâche qui était émotionnellement neutre. Après avoir accompli les tâches pendant 20 minutes, elles jouaient à un jeu de cartes coopératif sur ordinateur.

Les niveaux de progestérone des femmes qui avaient participé à la tâche émotivement neutre avaient tendance à diminuer alors que ceux des participantes qui avaient participé à la tâche qui suscitait la proximité étaient resté les mêmes ou avaient augmenté.

Une semaine plus tard, les participantes rejouaient aux cartes avec la même partenaire. Des niveaux plus élevés de progestérone était lié à une plus grande probabilité de se dire prête à risquer sa vie pour aider la partenaire (ce qui n'était pas le cas lors de la première séance).

Selon la chercheure, ces résultats sont compatibles avec une nouvelle théorie évolutionniste de l'altruisme qui fait valoir que la base hormonale des liens sociaux permet de supprimer l'intérêt personnel quand nécessaire afin de promouvoir le bien-être d'une autre personne, comme par exemple prendre soin d'enfants ou d'aider des membres de la familles ou des amis en difficulté.

"Plusieurs des hormones impliquées dans les relations et le comportement d'aide réduisent le stress et l'anxiété. Maintenant nous constatons que les niveaux de progestérone plus élevés peuvent faire partie des bases physiologiques de ces effets", dit Brown.

Psychomédia avec source:
Science Daily

Voyez également:

L'amitié: d'abord un échange ou une alliance?
L'ocytocine influence les comportements et le niveau de stress dans les couples
Dossier Cycle menstruel et états psychologiques
DOSSIER: Émotions