Les liens sociaux diminuent le risque de mortalité

Les liens sociaux (amis, famille, voisins, collègues) sont liés à une plus grande longévité selon une étude américaine publiée dans la revue Plos Medecine.

Julianne Holt-Lundstad et Timothy Smith, des universités de Brigham Young (Utah) et de Chicago, ont analysé les données de près de 148 études sur la santé et les relations sociales, impliquant un total 300.000 hommes et femmes.

Les personnes qui avaient de faibles liens sociaux avaient 50 % plus de risques de mourir dans les 7 ans et demi que duraient en moyenne les études, que celles qui avaient de forts liens sociaux.
Cette différence est comparable à celle de la mortalité observée entre fumeurs et non-fumeurs, notent les chercheurs. Elle est plus importante que les différences de longévité observées chez les gens qui font du sport ou non, et chez les gens qui sont obèses ou non.

"Tout au long de l'histoire humaine, nous avons compté sur les autres pour la survie, tel que pour la protection et la nourriture, et malgré les progrès modernes, qui peuvent aider pour certains aspects de la survie de sorte que nous pouvons vivre de façon plus indépendante, il semble que nos relations ont néanmoins toujours un impact sur nos chances de survie", dit Holt-Lundstad.

"Cultivez les relations existantes", dit-elle. "Appelez un ami, faites connaissance avec vos voisins, invitez un collègue à dîner ou retrouvez-vous en famille. Cherchez des occasions d'apprendre à connaître les autres et de vous impliquer dans votre communauté, et apportez du support aux autres car fournir du support est associé à une plus grande protection contre la mortalité que d'en recevoir", conseille-t-elle.

Pour expliquer cet effet protecteur des liens sociaux, une hypothèse est qu'ils protègent du stress. Une autre est qu'avoir des gens autour de soi aide à l'adoption de comportements et d'habitudes favorables à la santé.

Psychomédia avec sources: Science Daily, WebMD
Tous droits réservés