Votre réseau social et vos traces sur Internet peuvent-ils nuire à votre crédit?

Mise à jour septembre 2013

Certains "amis" sur Facebook pourraient-ils nuire à l'évaluation de votre profil de risque lors d'une prochaine demande de crédit? Oui, fort probablement, si l'on en croit la journaliste Adrianne Jeffries qui signait en 2011 un article intitulé: As Banks Start Nosing Around Facebook and Twitter, the Wrong Friends Might Just Sink Your Credit sur Betabeat.

"Une nouvelle vague de start-up" travaille pour les banques, rapportait-elle, sur des algorithmes de collecte de données à partir du graphe social ("social graph") dans lequel chaque personne représente un nœud lié à un ensemble d'autres nœuds (illustration).

Les banques, disait-elle, utilisent déjà les médias sociaux pour être en contact avec leurs clients, et de plus en plus, avec les amis de leurs clients.

"Et dans la dernière année, les institutions financières ont commencé à explorer des façons d'utiliser les données de Facebook, Twitter et autres réseaux pour compléter le profil de risque d'un emprunteur", rapportait-elle. Mais la plupart des entrepreneurs travaillant sur le problème prédisaient en 2011 que la technologie serait prête pour une utilisation généralisée dans 3 à 5 ans.

En août 2012, la journaliste Natasha Singer rapportait dans le New York Times que des e-scores sont attribués aux utilisateurs d'Internet à partir d'une multitude de traces laissées au fil de leur navigation. Par exemple, rapportait-elle, la firme eBureau établit, chaque mois, des scores concernant environ 20 millions d'Americains pour le compte de clients comme des banques, des prêteurs, des assureurs et des compagnies de marketing.

Ces scores peuvent déterminer, par exemples, si une personne se fait annoncer une carte de crédit platine ou une carte de base, ou encore si un client est acheminé rapidement à un agent de service attentionné ou reléguée à un centre d'appels débordé. Des groupes de défense de consommateurs ont exprimé l'inquiétude que ces scores puissent désavantager les consommateurs, particulièrement ceux qui sont en situation de stress financier.

Voyez également:

Psychomédia avec sources: BetaBeat, New York Times.
Tous droits réservés