Certains troubles mentaux plus fréquents chez les gauchers

Certains troubles mentaux ou neurologiques, tels que la dyslexie, la schizophrénie et le trouble déficit d’attention et hyperactivité (TDAH), sont plus fréquents chez les gauchers, rapporte un article synthèse du Wall Street Journal .

Alors que les gauchers représentent environ 10% de population (et les ambidextres, 1%), environ 20% des personnes atteintes de schizophrénie sont gauchères, par exemple.

Il n'y a pas de différence de quotient intellectuel (QI) entre les droitiers et les gauchers, montrent les études. Les gauchers auraient toutefois une tendance à être plus créatifs. Des études ont montré, par exemple, qu'ils obtiennent de meilleurs scores à des tests de pensée divergente, qui est la capacité de développer de nouveaux concepts à partir des connaissances existantes et qui est considérée comme étant une composante de la créativité.

Une cause possible de la plus grande prévalence de certains troubles mentaux serait liée à la latéralisation cérébrale. Les hémisphères gauche et droit du cerveau exécutent des tâches différentes. Par exemple le langage est traité dans l'hémisphère gauche, lequel est l'hémisphère dominant chez les droitiers.

Chez les gauchers, l'hémisphère droit ne domine pas autant que les scientifiques le croyaient précédemment. L'hémisphère gauche serait dominant pour le langage chez 70% des gauchers alors que 30% d'entre eux présentent une plus grande dominance de l'hémisphère droit ou un mode distribué entre les deux hémisphères, rapporte Metten Somers de l'Université Utrecht aux Pays-Bas.

Cette symétrie, dans laquelle aucun hémisphère n'est dominant, pourrait être liée à un risque accru de développement de troubles mentaux. Les personnes schizophrènes, par exemple, présentent plus d'activation symétrique de leurs hémisphères cérébraux, montrent des études. Et, dans une étude publiée l'an dernier dans la revue Pediatrics, incluant près de 8000 enfants, Alina Rodriguez constatait que le fait d'être ambidextre (plutôt que gaucher) était lié aux symptômes de TDAH.

Une analyse des études portant sur les facteurs liés à la latéralité (main dominante), publiée en 2009 dans la revue Neuropsychologia, montre qu'environ 25% de la variabilité serait attribuable à la génétique. La plus grande partie serait attribuable à des facteurs survenant pendant la grossesse, dont le stress. L'intervention de la principale hormone du stress, le cortisol, sur le développement du cerveau est une hypothèse considérée, selon Carsten Obel de l'Université Aarhus (Danemark).

Rappelons qu'une étude récente montrait aussi que les personnes atteintes de maladies mentales telles que le trouble bipolaire et la schizophrénie ont tendance à être plus créatives.

Voyez également:

Psychomédia avec source: Wall Street Journal. Tous droits réservés.