Le NIMH américain développe une autre classification des troubles psychiatriques que le DSM

Le National Institute of Mental Health (NIMH) américain travaille à l'élaboration d'une classification des psychopathologies indépendante du DSM (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders), publié par l'American Psychiatric Association, qui constitue une référence internationale.

La classification des troubles psychiatriques du DSM (dont une nouvelle édition prévue pour 2013, le DSM-5, remplacera l'actuel DSM-IV publié en 1994) présente plusieurs limites. Cette classification, dont les catégories sont basées sur les signes et les symptômes des troubles, a principalement pour objectif de permettre une fiabilité (à distinguer d'une validité) des diagnostics de la part des cliniciens.

Parmi les limites, les catégories diagnostiques ne concordent pas toujours avec les apports des neurosciences et de la génétique et ils ne reflètent pas des mécanismes à l’origine des dysfonctions ou des pathologies. Bien que mal approprié pour la recherche sur les traitements médicamenteux (puisque non basé sur les causes biologiques des troubles), le DSM est quand même utilisé par les compagnies pharmaceutiques car les autorisations de mise sur le marché (AMM) sont liées aux affections qu'il décrit.

Déjà, lors de l'élaboration du DSM-III, en 1980, certains évoquaient la nécessité de deux systèmes de classification. Un système pour la pratique clinique et un système pour la recherche, du moins tant que les connaissances ne seraient pas assez avancées et intégrées pour l'élaboration d'un système unique.

Le NIMH a entrepris un programme de recherche, le Research Domain Criteria, qui vise à définir des dimensions de fonctionnement de base (telles que le circuit neurologique de la peur ou la mémoire de travail). L'intention est de traduire les progrès rapides de la recherche neurobiologique et comportementale en une compréhension intégrée de la psychopathologie. Ces travaux devraient permettre l'émergence d'une classification des troubles basée sur les causes biologiques.

Voyez également:

Psychomédia avec sources: NIMH, Medscape. Tous droits réservés.