(Mise à jour mai 2013.) - La cinquième édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5) (1) publié par l'American Psychiatric Association (APA) en 2013, a remplacé la catégorie des troubles somatoformes par la catégorie trouble de symptôme somatique et troubles connexes.

Les troubles somatoformes du DSM-IV incluent la somatisation, la conversion, le trouble douloureux, l'hypocondrie et la peur d'une dysmorphie corporelle.

La catégorie « trouble de symptôme somatique et troubles connexes » du DSM-5 inclut :

  • le trouble de symptôme somatique ;
  • le trouble d'anxiété liée à la maladie ;
  • le trouble de symptôme neurologique fonctionnel (qui remplace le trouble de conversion) ;
  • les facteurs psychologiques affectant d'autres conditions médicales ;
  • le trouble factice ;
  • d'autres symptômes somatiques et troubles connexes spécifiés ;
  • d'autres symptômes somatiques et troubles connexes non spécifiés ;

Ces troubles, explique le psychiatre David J. Kupfer, qui a dirigé les travaux de révision, sont caractérisés par la présence de symptômes évocateurs d'une maladie ou d'une blessure physique, mais qui ne peuvent être entièrement être expliqués par une affection médicale générale, un autre trouble mental, ou par des effets secondaires de médicaments ou de substances. Les symptômes entraînent une grande détresse ou d'importantes perturbations de la capacité à fonctionner dans la vie quotidienne.

Il est essentiel pour porter le diagnostic que les symptômes soient inexpliqués médicalement. Ce critère est extrêmement sujet à controverse. (Car il expose au risque de recevoir un tel diagnostic quand la médecine n'est pas suffisamment avancée ou quand des connaissances font défaut à un médecin ou encore si des conflits d'intérêts empêchent que certaines pathologies soient officiellement reconnues. N'est-il pas extraordinairement hasardeux de toute façon de décréter que si des symptômes ne peuvent être expliqués médicalement, leur cause doit être psychologique ? Plusieurs maladies dont l'explication médicale est aujourd'hui connue ont été considérées comme un trouble mental dans le passé et encore aujourd'hui des personnes atteintes de maladies incomprises subissent le même sort.)

Plutôt que de relayer aux oubliettes cette catégorie aux relents psychanalytiques (rappelons par exemple que le trouble de conversion tire son origine du concept d'hystérie et consisterait à manifester physiquement des conflits inconscients), le DSM-5 réussit le tour de force, selon les critiques, de transformer la catégorie de façon qui risque d'augmenter considérablement le nombre de personnes susceptibles de recevoir un diagnostic.

Pour la nouvelle catégorie, le DSM-5 retire le critère selon lequel les symptômes doivent être médicalement inexpliqués et met l'accent sur un nouveau critère : l'impact de ces symptômes sur les pensées, les sentiments et les actions de la personne.

Il était problématique, estime Kupfer, que les troubles somatoformes du DSM-IV n'incluent pas les personnes, dont les symptômes sont expliqués médicament, mais qui s'inquiètent trop de leurs symptômes car « elles pourraient bénéficier d'un traitement ».

Donc, les symptômes peuvent ou pas être associés à une autre condition médicale, mais doivent, pour rencontrer les critères diagnostiques, être accompagnés par des pensées, sentiments et comportements excessifs.

Le psychiatre Allen Frances, qui dirigeait la révision du manuel ayant mené au DSM-IV, critique avec véhémence les nouveaux critères qui, dit-il, entraîneront des surdiagnostics. Une personne sur six atteinte de cancer et de maladies cardiovasculaires, une sur quatre atteinte du syndrome du colon irritable et de fibromyalgie et une sur quatorze qui n'est pas malade seraient susceptibles de recevoir un tel diagnostic, affirme-t-il.

(1) DSM-5, Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux ("Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders »), publié par l'American Psychiatric Association.

Psychomédia avec sources :
- David J. Kupfer, Somatic Symptoms Criteria in DSM-5 Improve Diagnosis, Care
- Allen Frances, DSM-5 Refuses to Reduce Overdiagnosis of 'Somatic Symptom Disorder'
Tous droits réservés