Le trouble de la personnalité limite (ou borderline) est caractérisé par une grande instabilité émotionnelle. Une étude, publiée dans la revue Biological Psychiatry visait à résumer les résultats des études de neuro-imagerie sur les anomalies cérébrales sous-tendant ce trouble.

Lars Schulze de la Freie Universität Berlin et ses collègues de l'université Heidelberg ont réalisé une méta-analyse de 19 études portant sur la neuroimagerie fonctionnelle (l'activité du cerveau) impliquant un total de 281 participants ayant le trouble et un groupe de comparaison de 239 personnes en santé ; ainsi que 10 études portant sur la neuro-imagerie structurelle (anatomie) impliquant un total de 263 personnes ayant le trouble et 278 personnes en santé.

Durant le traitement mental d'émotions négatives, les participants ayant le trouble présentaient une activation relativement accrue dans l'amygdale et le cortex cingulaire postérieur de l'hémisphère gauche en même temps qu'une réponse atténuée du cortex dorsolatéral préfrontal dans les deux hémisphères comparativement aux groupes de comparaison.

L'hyperactivité de l'amygdale gauche est combinée à un volume réduit de sa matière grise.

L'amygdale, qui est hyperactive dans le trouble borderline, est connue pour être responsable de l'activation émotionnelle. Le cortex préfrontal dorsolatéral, qui est moins actif dans le trouble pendant le traitement des émotions négatives, joue un rôle clé dans la régulation des émotions.

« Afin de comprendre ces résultats, il pourrait être utile d'imaginer que le cerveau est comme une voiture », explique John Krystal, rédacteur en chef de Biological Psychiatry. « La pédale de gaz pour l'émotion pourrait être l'amygdale et le frein émotionnel pourrait être le cortex préfrontal dorsolatéral. Les résultats actuels semblent suggérer que, dans le trouble de la personnalité borderline, le cerveau met le gaz mais ne fonctionne pas aussi efficacement pour freiner émotion. »

Ensemble, ces résultats soutiennent la notion du trouble de la personnalité borderline comme étant un trouble de dérégulation de l'émotion. Les options de traitement qui peuvent aider à ajuster le « moteur » du cerveau pourraient aider à soulager certains des symptômes cliniques pénibles contre lesquels les personnes atteintes luttent tous les jours, conclut Lars Schulze.

Psychomédia avec sources : Elsevier, Biological Psychiatry.
Tous droits réservés