Le sentiment de solitude augmente le risque d'hypertension

La solitude pourrait être un facteur de risque pour l'hypertension tout comme l'obésité et le manque d'activité physique. Une nouvelle recherche montre que la solitude peut amener une augmentation de 30 points de la pression sanguine chez les gens de plus de 50 ans.

Cette recherche a été inspirée par une précédente en 2002 qui montrait un effet de la solitude sur la pression sanguine chez des étudiants de niveau collégial.
Les chercheurs avaient alors fait l'hypothèse que si cette interaction se prolongeait elle pouvait favoriser le développement de conditions vasculaires conduisant à l'hypertension.

229 personnes âgées de 50 à 68 ans ont été interviewées pour évaluer le sentiment de solitude ainsi que d'autres facteurs de risque psychosociaux et cardiovasculaires.

Les gens plus âgés se sentant seuls se sont avérés avoir des lectures de pression sanguine jusqu'à 30 points plus élevées que les autres, même en ajustant l'analyse des données pour tenir compte d'autres états émotifs négatifs tels que la tristesse, le stress ou l'hostilité.

Une différence de 30 points est équivalente à la différence entre une pression diastolique normale de 120 mm/Hg et une hypertension de stage 1 de 150 mm/Hg. L'effet de la solitude sur l'hypertension semblent être plus important avec l'âge.

Un association d'une telle amplitude entre solitude et hypertention est équivalente à celle de facteurs physiques tels que l'obésité et la sédentarité.

Les chercheurs ont été étonnés de cette amplitude mais aussi de sa spécificité, c'est-à-dire que le sentiment de solitude, et non la dépression ou la colère, semble responsable de l'augmentation de la pression sanguine. Le stress est aussi un facteur d'augmentation de la pression sanguine et son effet est additif. Les gens seuls étant souvent stressés, les effets de ces deux facteurs s'additionnent.

L'auteure recommande aux gens souffrant de solitude de renforcer les relations existantes et d'en créer de nouvelles, ce qui n'est habituellement pas aussi simple pour eux. Les gens peuvent se sentir seuls même s'ils sont avec beaucoup de gens, rappelle-t-elle. Les gens chroniquement seuls ont aussi tendance à avoir des émotions conflictuelles quand il s'agit d'aller vers les autres. Ils peuvent vouloir sortir et se faire des amis et en même temps manquer de confiance envers les gens avec lesquels ils veulent interagir ou ils peuvent se sentir hostiles. De telle sorte qu'ils se conduisent de façon à éloigner les autres.

La solitude, tout comme l'obésité et la sédentarité, est en hausse croit l'auteur. Il y a davantage de familles monoparentales, de parents demeurant loin de leurs enfants, d'enfants vivant éloignés les uns des autres et de relations de passage.

Cette recherche a été publiée dans la revue Psychology and Aging.

Source: www.dailytimes.com.pk

Voyez également notre DOSSIER: Santé et bien-être

Pour vous exprimer sur ce sujet, visitez nos FORUMS Relations et Célibat et Modes de vie