Projet de bannir naturopathes et homéopathes des pharmacies au Québec

L'Ordre des pharmaciens du Québec (OPQ) se prépare à bannir les naturopathes et les homéopathes qui donnent des conseils dans les pharmacies. Un nouveau code de déontologie des pharmaciens, actuellement en préparation, veut mettre fin à cette intrusion dans leur pratique professionnelle.

De plus en plus de conseillers en produits naturels offrent des consultations dans les pharmacies, en général dans l'aire autour du comptoir des prescriptions réservé au pharmacien sans être nécessairement sous la supervision d'un pharmacien.
Pourtant, selon Roseline Gagnon, de l'Association des diplômés en naturopathie du Québec, seulement une petite minorité de ces naturopathes, tout au plus 20 % estime-t-elle, sont compétents.

C'est pour cette raison que l'Ordre des pharmaciens veut faire le ménage. Son nouveau code de déontologie veut réserver la pharmacie aux pharmaciens. « Ça éliminerait la possibilité de collaborer avec des naturopathes ou des homéopathes », explique Manon Lambert, directrice de l'OPQ.

Le nouveau code en préparation doit avoir l'aval de l'Office des professions du Québec avant d'entrer en vigueur. Si cela se produisait, les naturopathes et les homéopathes, qui voudront donner des conseils, devraient le faire dans le rayon des cosmétiques et des bonbons.

Voyez également:

L'homéopathie: effet placebo selon la prestigieuse revue The Lancet

Psychomédia avec source: Radio-Canada, 14 novembre 2006.