Effet de la température et de la pollution sur les migraines et maux de tête

La chaleur et, à un degré moindre, une faible pression atmosphérique peuvent déclencher des maux de tête sévères, selon une étude israélienne publiée dans la revue Neurology.

La température, l'humidité et la pression barométrique sont parmi les raisons les plus fréquentes que les gens donnent à leur maux de tête. La recherche visait à vérifier à quel point ces facteurs agissent effectivement comme déclencheurs. Elle vérifiait également si la pollution, qui peut déclencher des accidents vasculaires cérébraux selon de récentes recherches, a un effet sur les céphalées.
Kenneth Mukamal, de l'Université Harvard et du Beth Israel Deaconess Medical Center, et ses collègues ont réalisé cette recherche avec 7054 personnes s'étant présentées à l'urgence du centre médical entre 2000 et 2007 en raison d'un mal de tête: 2250 avaient un diagnostic de migraine et 4803 de mal de tête de tension ou mal de tête non spécifié. Les données de température, humidité, pression barométrique et diverses mesures de pollution, trois jours avant les visites, étaient analysées.

Des facteurs analysés, la température dans les 24 heures avant la visite à l'hôpital était celui dont l'effet était le plus marqué, avec un risque de céphalée sévère accru de 7.5% pour chaque augmentation de 5 degrés Celsius.

Une faible pression barométrique 48 à 72 heures avant une visite à l'urgence était aussi un déclencheur.

Les polluants atmosphériques mesurés ne semblaient pas influencer le déclenchement de maux de tête. Mais il est possible qu'ils aient un effet qui n'était pas détecté par cette étude (notamment parce que seuls des cas reçus à l'urgence d'un hôpital étaient étudiés).

Dans certains cas, suggèrent les auteurs, des médicaments pourraient être pris préventivement.

Voyez également:

La migraine associée à des troubles de l'humeur et de l'anxiété
La pollution tue à court terme en France, à quel point?

Psychomédia avec source: Science Daily