État végétatif: un état de conscience minimale passe souvent inaperçu

Environ 40% des personnes ayant un diagnostic d'état végétatif seraient en fait dans un état de conscience minimale, selon une récente étude publiée dans la revue BMC Neurology.

Dans un état végétatif, les réflexes sont intacts et la personne peut respirer sans aide, mais il n'y a pas de conscience. L'état de conscience minimale est une zone d'ombre, reconnue depuis peu, dans laquelle les personnes peuvent sentir une certaine douleur physique, éprouver certaines émotions et communiquer dans une certaine mesure. Mais, parce que la conscience est intermittente, il peut être très difficile de différencier les deux états.
En 2002, Joseph Giacino du JFK Rehabilitation Institute (New Jersey, États-Unis) et des collègues ont mis au point les premiers critères diagnostics pour l'état de conscience minimale. En 2004, Giacino a publié l'échelle révisée de Récupération du Coma (CRS-R) qui consiste en une série de tests comportementaux basés sur les critères diagnostiques utilisés pour distinguer les deux états.

Pour vérifier si la nouvelle échelle améliore les diagnostics, Giacino and Caroline Schnakers du Coma Science Group de l'Université de Liège (Belgique) ont passé deux ans à l'utiliser pour diagnostiquer des personnes ayant souffert de blessures à la tête résultant en une perturbation de la conscience.

Sur les 44 personnes ayant précédemment été diagnostiquées comme étant dans un état végétatif par les cliniciens, 18 (soit 41%) ont été diagnostiquées comme étant dans un étant de conscience mininale avec la nouvelle échelle.

"Nous sommes peut-être devenus trop à l'aise au sujet de notre capacité de détecter la conscience", conclut DR. Giacino. "Je crois qu'il est approprié qu'il y ait un certain niveau d'inquiétude à ce sujet."

Toutefois il concède que, parce qu'il n'existe pas de façon objective de mesurer la conscience, la possibilité que l'échelle sur-diagnostique l'état de conscience minimale ne peut être exclue.

Mais Dr. Schnakers argumente que l'échelle devrait être plus précise que les autres moyens de diagnostic utilisés parce qu'elle spécifie combien de fois chaque test doit être répété et combien de réponses sont requises pour donner une indication de conscience. Cela, dit-elle, empêche de passer à côté de la conscience chez quelqu'un où cette dernière n'est pas constante, ou de se tromper en prenant une réponse réflexe pour une réponse basée sur la conscience. Cela aide aussi à contrôler l'idée préconçue de l'évaluateur.

La différence entre un état végétatif ou l'état de conscience minimale peut faire une énorme différence pour la personne atteinte et la famille. Les traitements médicamenteux, dont les anti-douleurs, les thérapies physiques conçue pour stimuler le cerveau et les techniques pour encourager la communication sont plus susceptibles d'être offertes à quelqu'un qui est dans un état de conscience minimale. Dans certaines juridictions, le retrait ou non de la nourriture peut dépendre du diagnostic. "Il est très important d'être sûr du diagnostic", dit Schnakers.

Voyez également:

Des signes de conscience chez des personnes considérées en état végétatif
Des signes de conscience chez une jeune femme en état végétatif

Psychomédia avec source: New Scientist