Cancer, SEP : 20% des femmes sont quittées comparativement à 3% des hommes

Une femme est six fois plus susceptible de vivre une séparation après avoir reçu un diagnostic de cancer ou de sclérose en plaques qu'un homme qui a reçu un tel diagnostic, selon une étude publiée dans la revue Cancer.

Le taux de séparation ou de divorce était de 20,8% pour les femmes malades, comparativement à 2,9% pour les hommes malades. Ce qui se compare à un taux de 11% dans la population générale.
"Nous croyons que ces résultats s'appliquent généralement aux personnes atteintes de maladies qui changent la vie", écrivent les auteurs, Marc Chamberlain de l'Université de Washington et Michael Glanz de l'Université de l'Utah.

Pourquoi les hommes quittent leur conjointe malade peut être partiellement expliqué par leur manque de capacité, comparativement aux femmes, de s'engager rapidement à prendre soin d'une partenaire malade et par la meilleure capacité des femmes à assumer la charge d'un foyer et d'une famille, croient les auteurs.

Ils ont mené cette étude avec 515 personnes malades suivies de 2001-2002 à 2006. Elles étaient atteintes d'une tumeur cérébrale primaire, de tumeurs n'impliquant pas le système nerveux central ou de sclérose en plaques.

Les femmes plus âgées étaient plus susceptibles de vivre une séparation. Mais les relations de couple les plus longues demeuraient plus stables.

Les personnes malades séparées prenaient plus d'antidépresseurs, participaient moins aux essais cliniques, avaient des hospitalisations plus fréquentes, étaient moins susceptibles de compléter un traitement de radiothérapie et étaient plus susceptibles de ne pas mourir à la maison.

Voyez également:

Cancer du sein: la relation de couple influence le rétablissement
Dans les couples, le cancer amène plus de détresse psychologique chez les femmes

Psychomédia avec source: Science Daily