La maladie cœliaque souvent diagnostiquée comme syndrome du côlon irritable

Plus de la moitié des personnes atteintes de la maladie cœliaque (intolérance au gluten) ont reçu initialement un diagnostic de syndrome du côlon irritable, selon une enquête menée auprès de 1600 personnes par l'organisme Coeliac UK.

Dans la maladie cœliaque, le système immunitaire traite le gluten comme un organisme étranger. Cette protéine se trouve dans le blé, l'orge et le seigle. Les personnes atteintes ont tendance à ne pouvoir manger de céréales à déjeuner, de pain, de pâte et de pâtisseries.
La maladie se manifeste par des douleurs abdominales, la diarrhée et des ballonnements. Environ une personne sur 100 serait atteinte et la maladie touche 2 à 3 fois plus de femmes que d'hommes.

Un mauvais diagnostic est courant, les personnes souffrant de la maladie recevant souvent des diagnostics d'anxiété, de dépression, d'estomac paresseux ou de gastro-entérite. D'autres diagnostics sont les calculs biliaires, l'ulcère duodénal, le syndrome de fatigue chronique, l'appendicite et l'hypocondrie.

Environ une personne sur quatre ayant une intolérance au gluten obtient le bon diagnostic après 11 ans et 11% obtient ce diagnostic après 20 ans. Environ un tiers des répondants considérait que les connaissances de leur médecin sur la maladie étaient «pauvres» ou «très pauvres». Sarah Sleet, qui dirige l'organisme Coeliac UK, considère que les attitudes des médecins généralistes face à la maladie doivent changer.

Psychomédia avec sources: Pulse, Nursing Times
Tous droits réservés