Conflits d'intérêts liés à la vaccination contre le VPH au Québec?

Au moins trois chercheurs du Comité sur l'immunisation du Québec (CIQ) qui ont émis un avis favorable à la vaccination contre le virus du papillome humain (VPH), afin de protéger contre le cancer de l'utérus, ont déjà été financés par les fabricants des vaccins, rapporte la journaliste Ariane Lacoursière de La Presse.

Hier, La Presse révélait aussi que le médecin-conseil faisant la promotion du vaccin contre le VPH dans la campagne publicitaire du ministère de la Santé, lancée lundi, avait aussi déjà reçu des subventions des compagnies produisant les vaccins.

En août 2007, la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC) a adopté des directives cliniques sur le VPH qui recommandaient la vaccination des filles de 9 à 26 ans. Le document est signé par 14 personnes, dont le Dr Marc Steben qui a été «chercheur pour le compte de Gardasil» et a fait partie «d'un comité de publication et d'un bureau de conférenciers internationaux de Merck». La publication des directives elle-même a été «soutenue au moyen de subventions à l'éducation sans restrictions» de la part notamment de GlaxoSmithKline et de Merck Frosst Canada Inc.

Voyez également: