Punaises de lit: la panique peut entraîner des solutions dangereuses

La panique concernant les punaises de lit peut amener à abuser de substances chimiques toxiques dans une tentative désespérée pour les éradiquer, mettent en garde les Centers for Disease Control and Prevention américains.

Au moins 111 personnes dans 7 états américains ont été malades suite à une sur-utilisation ou une mauvaise utilisation des pesticides courants contre les punaises de lit au cours des 8 dernières années, rapportent-ils.

Une personne est morte d'insuffisance respiratoire après avoir répandu à l'excès des pesticides dans sa maison et sa literie et s'en être mis dans les cheveux et sur la peau.

Les gens perdent la tête et ils peuvent faire beaucoup de choses pour essayer de se débarrasser des punaises de lit, dit le Pr Dini Miller de Virginia Tech.

La sur-utilisation de pesticides est l'une d'elle.

La plupart des cas d'empoisonnement étaient toutefois légers, les symptômes étant souvent des maux de tête, des étourdissements, un essoufflement, des nausées et des vomissements.

Les raisons les plus communes d'intoxication étaient l'utilisation excessive d'insecticides, ne pas avoir laver ou changer une literie qui avait été traitée avec des pesticides et ne pas avoir fait savoir aux personnes vivant dans la maison que des pesticides avaient été appliqués.

Presque tous les cas, y compris celui du décès, impliquait l'utilisation de pyréthrinoïdes, pyréthrines ou des deux, qui se trouvent généralement dans les pharmacies et les quincailleries, et sont largement disponibles dans les shampooings utilisés pour traiter les poux de tête chez les enfants.

  • Voyez les conseils de l'Institut national de santé publique du Québec(INSPQ) pour prévenir ou traiter une infestation de punaises de lit. Il est notamment conseillé que les matelas infestés (ainsi que les sommiers et le cadre du lit) qui n’ont pas de déchirure soient traités avec de la vapeur chaude plutôt qu'avec des insecticides.

Voyez également:

  • Psychomédia avec source: New York Times. Tous droits réservés.