C'est en grande partie parce qu'il est indigeste que le chocolat présenterait des bénéfices particuliers pour la santé, selon des chercheurs du Virginia Tech et de l'Université d'État de la Louisiane, rapporte la chroniqueuse Gretchen Reynolds dans le New York Times.

Au cours des dernières années, des études épidémiologiques ont montré que les personnes dont l'alimentation inclut du chocolat noir ont un risque plus faible de maladie cardiaque que celles qui n'en consomment pas.

Des études ont aussi montré que le chocolat contient des flavonols, qui sont des substances naturelles pouvant réduire le risque de maladie. Mais les mécanismes d'action de ces flavonols n'est pas clair. Ces nouveaux résultats de recherche suggèrent qu'ils améliorent la santé en grande partie en étant indigestes.

Des chercheurs de l'Université de Louisiane ont simulé le système digestif dans des vaisseaux de verre: l'un avec les enzymes digestives de l'estomac et un autre reproduisant l'environnement du gros intestin avec des microbes intestinaux provenant de volontaires. Ils ont ensuite ajouté de la poudre de cacao dans ces vaisseaux.

L’estomac et l'intestin grêle décomposaient et absorbaient une partie du cacao. Mais alors que la plupart des flavonols précédemment identifiés dans le chocolat étaient digérés de cette façon, il restait encore beaucoup de matière de cacao non digérée.

Les bactéries du côlon décomposaient encore cette matière en métabolites assez petits pour être absorbés dans la circulation sanguine et connus pour réduire l'inflammation cardiaque.

Enfin, la matière restante de cacao non digérée, principalement des fibres, commençait à fermenter, en libérant des substances qui améliorent les niveaux de cholestérol.

Et, autre tournure bénéfique : les microbes de l'intestin qui digéraient le cacao étaient des probiotiques bénéfiques comme la bactérie Lactobacillus. Leur quantité semblait augmenter après l'introduction du cacao, alors que celle de microbes moins bénéfiques comme le staphylocoque était réduite.

Ces résultats sont consistants avec ceux d'une étude de Virginia Tech publié le mois passé qui montrait que des souris nourries avec un régime riche en gras ne prenaient pas de poids lorsqu'elles recevaient un groupe de flavonols de cacao choisis en raison de leur structure chimique trop volumineuse pour être digérés par l’intestin grêle.

Andrew Neilson, auteur principal de cette étude, souligne que le cacao est différent du chocolat retrouvé dans les barres de chocolat qui contiennent plusieurs substances ajoutées et dont le processus de fabrication a réduit le nombre et le type de flavonols, ce qui change possiblement la réponse des bactéries intestinales.

Il suggère plutôt d'ajouter quelques cuillerées de poudre de cacao non sucrée dans son alimentation.

Le chocolat pour prévenir le diabète et la résistance à l'insuline ?

Psychomédia avec source: New York Times.
Tous droits réservés