Dans « Vous êtes fous d'avaler ça ! : Un industriel de l'agroalimentaire dénonce ; + un guide de survie en magasin », Christophe Brusset, ancien acheteur pour la grande distribution, dénonce « les multiples dérives dont il est, depuis vingt ans, le complice ou le témoin ».

« Matières premières avariées, marchandises trafiquées, contrôles d’hygiène contournés… », peut-on lire dans la présentation de l'éditeur. « Piment indien rempli de crottes de souris, thé vert de Chine bourré de pesticides, faux safran marocain, viande de cheval transformée en bœuf, confiture de fraises sans fraises, origan coupé aux feuilles d’olivier, etc. ».

Et d'ajouter en entrevues : miel chinois provenant de Chine, dit 100 % naturel, qui ne contient pas de miel, moutarde « de Dijon » made in China

« Je trouve insupportable que la priorité des politiques soit encore de protéger les intérêts des industriels et de la grande distribution avant la santé des consommateurs », a-t-il déclaré en entrevue au magazine Elle.

Il conseille de lire les étiquettes entre les lignes pour détecter les produits en provenance de Chine, par exemple.

La liste des ingrédients doit être courte, contenir des ingrédients naturels aux noms facilement compréhensibles. Certains labels sont clairement bidon, dit-il, mais il en existe de très sérieux, comme AB pour la certification bio, Max Havelaar pour le commerce équitable, les labels rouges, ou les appellations d’origine.

Lui-même privilégie les circuits courts, pour les fruits et légumes, les viandes et des produits artisanaux comme le miel ou le foie gras. Et il achète si possible, seul ou groupé avec des amis, directement aux producteurs.

Il conseille d'éviter les premiers prix dans les rayons de supermarché. « (...) On est sûr d’avoir de la mauvaise qualité si on paie trop peu. Un steak haché de qualité à 4 euros le kilo, c’est impossible. La bonne stratégie est donc d’éviter les premiers prix (...) ».

Psychomédia avec sources : Flammarion, Amazon, Elle.
Tous droits réservés