De 60 à 70 % des personnes atteintes de diabète développent des neuropathies, qui sont des lésions du système nerveux périphérique.

De nouvelles recommandations pour la prévention, le diagnostic et le traitement de la neuropathie diabétique viennent d'être publiées, dans la revue Diabetes Care, par un groupe international d'endocrinologues et de neurologues coordonné par Rodica Pop-Busui de l'Université du Michigan, en association avec l'American Diabetes Association (ADA).

Les dernières recommandations de l'ADA dataient de 2005.

La prévention de la neuropathie diabétique, souligne le communiqué de l'Université du Michigan, est un élément clé des soins du diabète parce qu'il n'y a pas de traitements pour inverser les dommages nerveux sous-jacents.

Trois principaux types de neuropathies diabétiques

L'équipe de recherche identifie trois types principaux de neuropathies diabétiques :

  • La neuropathie diffuse, qui se divise en deux catégories :

    • périphérique, qui affecte les pieds et les mains : par ex. la polyneuropathie distale symétrique (PNDS) qui représente environ 75 % des neuropathies diabétiques et est la cause la plus importante d'ulcération des pieds ;

    • autonome, qui affecte les organes internes : par ex. la neuropathie autonome cardio-vasculaire (NAC).

  • La mononeuropathie, dans laquelle un seul nerf, ou groupe de nerfs, isolé est endommagé.

  • La radiculopathie, ou polyradiculopathie, dans laquelle « la racine d'un nerf est pincée ».

Il est recommandé de contrôler efficacement le glucose le plus tôt possible pour prévenir ou retarder le développement d'une PNDS et d'une NAC dans le diabète de type 1 et d'une PNDS dans le type 2.

Des recommandations pour le dépistage et le diagnostic, la gestion et le traitement des formes spécifiques sont précisées. Par exemple, pour la PNDS, tous les patients doivent être dépistés dès qu'ils reçoivent le diagnostic de diabète de type 2 et 5 ans après le diagnostic de diabète de type 1, avec des dépistages annuels par la suite.

Dans le cas d'un diagnostic de prédiabète avec des symptômes de neuropathie périphérique, le dépistage doit aussi être envisagé. (Les méthodes de dépistage sont précisées.)

Recommandations pour la gestion de la douleur de la PNDS

  • Comme approche initiale, envisager soit l'anticonvulsivant prégabaline (Lyrica) ou l'antidépresseur duloxétine (Cymbalta).

  • La gabapentine (Neurontin) peut également être considérée comme une approche initiale efficace, mais le statut socioéconomique du patient, les comorbidités et les interactions médicamenteuses potentielles doivent être pris en considération.

  • Les antidépresseurs tricycliques « sont également efficaces mais ne sont pas approuvés par la Food and Drug Administration des États-Unis et doivent être utilisés avec prudence en raison du risque plus élevé d'effets secondaires graves ».

  • Les opioïdes ne sont pas recommandés en tant qu'agents de première ou de deuxième ligne pour le traitement de la douleur associée au PNDS en raison des risques élevés de dépendance et d'autres complications.

La mise à jour de ses lignes directrices est particulièrement opportune, souligne Pop-Busui, car il y a malheureusement beaucoup de prescriptions excessives d'opioïdes pour la douleur neuropathique. « Nous fournissons des preuves claires à nos collègues médecins que d'autres agents sont disponibles et sont plus efficaces dans le traitement de la neuropathie diabétique. »

« Nous démontrons également qu'il existe des façons de rester loin des prescriptions d'opioïdes et d'éviter l'épidémie de dépendance et les conséquences graves pour la santé associées à l'utilisation d'opioïdes chez les patients atteints de diabète. »

8 antidiabétiques à éviter selon Prescrire : effets secondaires et alternatives

Pour plus d'informations sur le diabète et la douleur chronique, voyez les liens plus bas.

Voyez également :

Psychomédia avec sources : University of Michigan, Diabetes Care.
Tous droits réservés.