Près d'une personne sur cinq souffrant d'hypertension prend un médicament qui pourrait faire monter sa tension artérielle, selon une étude présentée en mai 2021 au congrès annuel de l'American College of Cardiology.

Ces résultats soulignent la nécessité pour les patients de passer systématiquement en revue tous les médicaments qu'ils prennent avec leur équipe soignante, y compris ceux en vente libre, souligne le communiqué des chercheurs.

John Vitarello, du Beth Israel Deaconess Medical Center à Boston, et ses collègues ont examiné les données de 27 599 personnes ayant participé à une enquête nationale américaine sur la santé et la nutrition.

Environ la moitié (49 %) des participants souffraient d'hypertension (âge moyen de 55 ans), définie dans cette étude comme étant une pression systolique de 130 mmHg et plus (chiffre du haut de la mesure) et/ou une pression diastolique 80 mmHg et plus, ou par le fait qu'on leur ait déjà dit qu'ils avaient une pression artérielle élevée.

Les médicaments associés à l'élévation de la pression artérielle étaient ceux énumérés dans les lignes directrices de l'American College of Cardiology et de l'American Heart Association.

Parmi les participants souffrant d'hypertension, 19 % ont déclaré utiliser un ou plusieurs médicaments élevant la pression artérielle et 4 %, en utiliser plusieurs. Près d'un quart (24 %) des femmes hypertendues prenaient un médicament augmentant la pression, contre 14 % des hommes.

Les trois classes de médicaments pouvant élever la pression les plus fréquentes étaient :

  • certains antidépresseurs (9 % des participants) ;

  • des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), dont l'ibuprofène et le naproxène (7 %) ;

  • certains antidépresseurs (9 % des participants) ;

  • des stéroïdes oraux utilisés pour traiter des maladies telles que la goutte, le lupus, la polyarthrite rhumatoïde ou après une transplantation d'organe (2 %).

D'autres médicaments associés à une élévation de la pression étaient notamment :

  • des antipsychotiques ;

  • certains contraceptifs oraux ;

  • des décongestionnants.

Ces résultats soulèvent des inquiétudes, soulignent les chercheurs, d'autant plus que près de la moitié des Américains ayant reçu un diagnostic d'hypertension artérielle ne la contrôlent pas suffisamment.

« Nous devons être plus conscients de la polypharmacie (l'utilisation de plusieurs médicaments par un seul patient) chez les personnes âgées », souligne le Dr Vitarello.

Ces résultats suggèrent que, dans certains cas, plutôt que de traiter l'hypertension artérielle avec davantage de médicaments, il est possible d'abaisser la pression en déprescrivant ou en substituant avec des médicaments plus sûrs, ajoute-t-il. Par exemple, il peut y avoir d'autres classes de médicaments pour traiter la même affection qui ont moins d'impact sur la pression. Néanmoins, certains patients n'ont peut-être pas d'autre option médicamenteuse, il est donc conseillé de surveiller de plus près leur tension artérielle et de parler avec leur équipe soignante avant d'arrêter ou de commencer un traitement.

Pour plus d'informations sur l'hypertension, voyez les liens plus bas.

Psychomédia avec source : American College of Cardiology.
Tous droits réservés.