La schizophrénie liée aux traumatismes et stress intense pendant la grossesse

Les femmes enceintes soumises au stress de vivre dans une zone de guerre ont un risque plus élevé de donner naissance à un enfant qui développera une schizophrénie selon une recherche publiée dans la revue médicale BioMed Central Psychiatry.

Cette recherche est consistante avec des recherches précédentes qui établissent un lien entre l'exposition à un stress important durant les premiers mois de la grossesse et un risque plus élevé de schizophrénie.
"Les stress en question sont de ceux qui sont vécus lors de désastres naturels tels qu'un tremblement de terre ou un ouragan, une attaque terroriste ou un deuil soudain", précisent les auteurs, Dolores Malaspina et ses collègues.

Des données concernant 88,829 personnes nées à Jérusalem de 1964 à 1976 ont été analysées. Les enfants des femmes qui étaient à leur deuxième mois de grossesse au plus fort de la guerre israélo-arabe en juin 1967 ont présenté une plus grande incidence de schizophrénie au cours des 21 à 33 années suivantes. Ce risque plus élevé concernait davantage les femmes que les hommes: il était 4.3 fois plus élevé pour les femmes et 1.2 fois plus élevé pour les hommes.

"Il s'agit d'une démonstration frappante de quelque chose qui est suspecté depuis un certain temps, commente Malaspina. "Le placenta est très sensible aux hormones de stress de la mère", explique-t-elle.

Elle souligne également que les femmes enceintes ne devraient pas être alarmées par le stress quotidien pendant la grossesse. Mais les femmes qui vivent un stress excessif et beaucoup d'anxiété feraient bien de résoudre cette situation avant de planifier une grossesse et d'avoir un bon soutien social.

Voyez également:

DOSSIER: Grossesse et maternité
DOSSIER: Schizophrénie
DOSSIER: Traumatismes