Sclérose en plaques: une nouvelle cible possible de traitement

Dans la sclérose en plaques, une maladie auto-immune, le système immunitaire n'attaque pas seulement la gaine de myéline qui entoure les prolongements des cellules nerveuses (les nerfs) mais également directement les cellules, selon une étude allemande publiée dans la revue Nature Medicine.

Martin Kerschensteiner de l'Université de Munich et Thomas Misgeld de l'Université de technologie de Munich ont montré avec un modèle animal de la maladie que les nerfs pouvaient être endommagés même quand la gaine de myéline demeure intacte. Et, chez la souris, ce processus est réversible lorsque reconnu et traité précocement, ce qui suggère qu'il pourrait être une cible potentielle d'intervention thérapeutique. Mais, avertissent les chercheurs, le développement d'un traitement efficace sera un projet à long terme.

Ce processus pourrait contribuer à expliquer certaines rémissions spontanées des symptômes qui sont caractéristiques de la maladie. "Dans les stades précoces de la maladie, les dommages aux axones (prolongements des cellules nerveuses qui constituent les nerfs) sont spontanément réversibles", dit Kerschensteiner. "Les processus qui sont en principe réversibles devraient être plus susceptibles de répondre à un traitement", ajoute-t-il.

Il a déjà été suggéré que les radicaux réactifs d'oxygène et d'azote jouent un rôle important pour favoriser la destruction des axones. Ces substances agressives sont produites par les cellules immunitaires et peuvent perturber et finalement détruire les mitochondries, qui sont les centrales énergétiques fournissant l'énergie nécessaire à la constitution et l'entretien de la structure et les fonctions de la cellule. Dans ce modèle animal, indiquent les chercheurs, ils pouvaient neutraliser ces radicaux et cela permettait aux axones endommagés de récupérer".

Les résultats d'autres études sur des tissus humains, réalisées en collaboration avec des spécialistes des Universités de Göttingen et de Genève, sont encourageants. Les signes caractéristiques du processus de dégénérescence nouvellement découvert peuvent également être identifiés dans le tissu cérébral de personnes atteintes de sclérose en plaques, ce qui suggère que le principe de base de traitement utilisé dans le modèle animal pourrait également être efficace chez l'humain.

Voyez également:

Psychomédia avec source:
Science Daily
Tous droits réservés