Abandon de la flibansérine : contexte des médicaments pour l'amélioration de la libido chez les femmes

Le laboratoire allemand Boehringer Ingelheim a annoncé vendredi qu'il abandonnait le projet de commercialiser son médicament flibansérine (Ectris) pour l'amélioration du désir sexuel chez les femmes n'ayant pas atteint la ménopause. Il ne s'agit pas du premier revers subi par l'industrie pharmaceutique dans ses efforts pour mettre sur le marché des médicaments contre le désir sexuel hypoactif, un diagnostic controversé.

Boehringer a mené pendant des années des tests et essais cliniques pour ce médicament, originalement mis au point comme antidépresseur.
Après une campagne de publicité (visant à sensibiliser le public sur l'importante prévalence du "désir sexuel hypoactif" et de l'importance de rechercher un traitement), le médicament a été soumis plus tôt cette année à la Food and Drug Administration (FDA), l'autorité américaine du médicament. L'autorisation de mise sur le marché n'a pas été accordée, l'agence jugeant que l'efficacité du médicament n'était pas démontrée.

Les résultats d'essai clinique étaient peu convaincants: les "événements jugés sexuellement satisfaisants" qui n'incluaient pas nécessairement l'orgasme, étaient de 4,5 par mois en moyenne chez les femmes ayant pris le médicament quotidiennement comparativement à 3,7 pour celles qui prenaient un placebo et 2,7 pour celles qui ne prenaient ni médicament ni placebo. Et ce, au prix d'effets secondaires tels que étourdissements, nausées et fatigue.

Les efforts du laboratoire pour convaincre la FDA ont ravivé un débat sur ce qui constitue le désir normal chez les femmes, les critiques considérant que le laboratoire tentait de transformer le faible désir sexuel en pathologie.

Ce mois-ci, un article publié dans le British Medical Journal par Roy Moynihan, journaliste australien et auteur du livre paru cet automne "Sex, Lies and Pharmaceuticals – How drug companies plan to profit from female sexual dysfonction", argumente que les compagnies pharmaceutiques non seulement financent les études scientifiques sur le diagnostic de dysfonction sexuelle chez les femmes mais ont aidé à élaborer le concept afin de développer des marchés pour de nouveaux médicaments.

En 2004, rappelle le New York Times, Pfizer, qui a introduit le Viagra en 1998, a également abandonné le développement pour un médicament visant à améliorer la sexualité chez les femmes. Deux autres laboratoires, indique le quotidien, testent actuellement des médicaments à base de testostérone en vue d'obtenir une autorisation de mise sur le marché.

Voyez également:

Les médicaments pour l'amélioration du désir et du plaisir sexuels chez la femme
Quels sont les troubles sexuels?

Psychomédia avec source:
New York Times
Tous droits réservés