Droit de mourir dans le dignité: audiences de la commission parlementaire (Québec)

La commission parlementaire de la santé et des services sociaux du Québec a entamé aujourd'hui des audiences sur le droit de mourir dans la dignité.

Le Collège des médecins, la Fédération des médecins spécialistes du Québec, la Fédération des médecins omnipraticiens et le Collectif Mourir digne et libre sont les premiers à s'exprimer. Ils seront suivis par l'Association pour le droit de mourir dans la dignité, du Conseil des aînés et de plusieurs universitaires.

Aujourd'hui, le Collège des médecins a présenté sa position.
"Il recommande d'aborder la question de l'euthanasie sous l'angle des soins appropriés en fin de vie, puisque c'est de cette façon que se présente le problème pour le médecin et son patient confronté à une mort imminente et inévitable", indique un communiqué du Collège. "Il faudrait pouvoir répondre à la question : Quand un patient fait face à une mort imminente et inévitable, devrait-il être permis au médecin, qui le jugerait approprié, de répondre à la demande d'abréger ses jours et si oui, dans quelles conditions ?" a suggéré le docteur Lamontagne.

À l'occasion de la tenue de cette commission, l'Association des retraitées et retraités de l'éducation et des autres services publics du Québec (AREQ) publie un dossier dans son magazine et sur son site internet (www.areq.qc.net). L'AREQ ne prend pas position mais souhaite contribuer à l'information. "Nous avons constaté que toutes et tous ne s'entendent pas sur la définition des concepts et des pratiques qui sont en cause. Enfin, plusieurs questions subsistent dans l'esprit des personnes aînées quant aux conséquences possibles d'une légalisation de l'euthanasie", indique sa présidente, Mariette Gélinas.

Les consultations, qui se déroulent jusqu'au 18 février et reprendront les 8 et 9 mars, ont pour but de définit la position du Québec sur l'euthanasie. Le gouvernement provincial n'a toutefois pas le pouvoir de la décriminaliser.

À Ottawa, la députée bloquiste Francine Lalonde entend continuer de défendre, à la reprise des travaux, son projet de loi en faveur du suicide assisté.

Voyez également:

Le Collège des médecins du Québec sur l'euthanasie: centrer le débat sur les soins (nov. 2009)

Psychomédia avec source:
Radio-Canada, CNW Telbec (communiqués de l'AREQ et du Collège des médecins)