Sclérose en plaques : le type de réactions au stress influence les rechutes

Les réactions au stress des personnes atteintes de sclérose en plaques qui vivaient dans le nord d'Israël au moment de la deuxième guerre du Liban influençaient les poussées de la maladie, selon une étude publiée dans la revue Multiple Sclerosis.

Eli Somer de l'Université de Haifa et ses collègues ont analysé les réactions de 156 personnes traitées dans un centre médical pour la maladie.

Le stress de la guerre a augmenté le nombre de poussées de la maladie chez les personnes exposées aux tirs de roquettes.
Mais celles qui planifiaient et entreprenaient des actions directes pour modifier la situation, telles que préparer un abri ou une zone protégée, faire des provisions de nourriture et de médicaments, ajuster leur horaire de rendez-vous médicaux, etc, ont souffert de moins d'exacerbations des symptômes de la maladie que celles qui se limitaient au contrôle émotionnel avec des techniques de relaxation, du support émotionnel ou la prière.

Il n'y avait pas de différence dans la proportion d'hommes et de femmes qui ont réagi avec des actions concrètes. Par contre, plus de femmes se tournaient vers le support émotif, la religion et les distractions pour se changer les idées.

"Les personnes qui avaient choisi de voir la guerre comme une situation contrôlable qui requérait une action, plutôt que comme une menace incontrôlable, ont souffert de moins de poussées de la maladie", résume Somer. Des recherches futures devraient vérifier si l'acquisition d'habiletés psychologiques d'adaptation pourrait retarder la progression de la maladie, considère-t-elle.

Voyez également:

Sclérose en plaques: la vitamine D liée au risque de rechute
L'âge d'apparition de la sclérose en plaques lié à la vitamine D
La sclérose en plaques a des causes environnementales

Psychomédia avec source:
University of Haifa
Tous droits réservés