Quel serait votre comportement en cas de désastre?

Dans son livre, “The Unthinkable: Who Survives When Disaster Strikes — and Why”, Amanda Ripley, journaliste au Time magazine qui a couvert des inondations, incendies et écrasements d'avion, décrit des comportements humains courants dans ces situations selon ses enquêtes auprès de survivants et les études scientifiques sur le sujet.

Une des leçons importantes, dit-elle, est que la panique, le déni et la peur peuvent être inévitables lors d'un désastre mais que le cerveau performe mieux dans une situation de stress si les actions à poser ont déjà été pratiquées.
Voilà pourquoi, par exemple, les exercices de feu sont si importants. Une personne a besoin de descendre les escaliers jusqu'à la sortie de telle sorte que le cerveau emmagasine un souvenir physique de l'expérience.

Elle recommande de toujours s'assurer de savoir ce qu'il y aurait à faire en cas de désastre, où sont les issus de secours, quelles sont les instructions dans diverses situations, etc.

Un comportement fréquent, dit-elle, est la tendance à vouloir ramasser ses choses au lieu d'évacuer le plus rapidement possible. Que ce soit dans un édifice ou un avion en feu, les gens ont souvent le réflexe d'essayer de récupérer leur bagage ou de rassembler quelques effets avant de quitter.

Être conscient de cet instinct de ramassage peut permettre de le surmonter. "Vous devez bouger rapidement, mais ce ne sera pas votre première impulsion", dit Mme Ripley.

Le comportement de foule lors d'un désastre est aussi prévisible. Bien qu'il y ait des cas de panique et de bousculades, la réaction la plus habituelle est une "pensée de groupe", dit-elle. Les gens se tiennent ensemble, se suivent, sont civilisés et "douloureusement lents" durant les évacuations.

Ils ont aussi tendance à s'en tenir à leur rôle. Les passagers écoutent les agents de bord, les gens au restaurant écoutent les serveurs et autres employés. Une personne qui prend un rôle de leadership lors d'un désastre est invariablement suivie.

Il y a des façons de se préparer aux menaces les plus communes comme les incendies, les inondations et autres urgences. Prendre part à des exercices d'évacuation au travail et à la maison. Prendre l'habitude de changer les batteries des détecteurs de fumée selon un calendrier, par exemple le premier du mois ou chaque fois que l'ampoule la plus près est changée. Connaître ses voisins peut aussi être important lors des urgences.

"Il faut se sentir comme un agent de sa propre survie, dit Mme Ripley. "Vous, vos collègues et vos voisins serez là et non pas les sauveteurs des services de sécurité nationaux. Plus vous avez confiance avant qu'un événement se produise, moins la peur sera incapacitante et meilleure sera la performance.

Voyez également:


PsychoMédia avec source: New York Times