La schizophrénie et le trouble bipolaire ont des origines génétiques communes

Une récente étude suédoise parue dans la revue médicale The Lancet montre que la schizophrénie et le trouble bipolaire (psychose maniaco-dépressive ou maniaco-dépression) partagent une cause génétique commune. Les parents proches de personnes ayant une schizophrénie ont un risque plus élevé de trouble bipolaire et vice versa, montre la recherche.

Paul Lichtenstein de l'Institut Karolinska (Stockholm) et ses collègues ont analysé 3 décennies de registres et autres données provenant des hôpitaux impliquant 9 millions de Suédois et 2 millions de familles.
Près de 36.000 personnes ayant la schizophrénie, 40.500 ayant le trouble bipolaire et 2.543 ayant les deux troubles ont été identifiées.

Ces maladies s'avéraient héréditaires dans une mesure de 64 % pour la schizophrénie et de 59 % pour le trouble bipolaire.

Une personne ayant un frère ou une soeur atteint de schizophrénie, avait un risque 9 fois plus élevé que dans la population générale de souffrir de schizophrénie et 4 fois plus élevé d'être atteint de trouble bipolaire.

Une personne ayant un frère ou une soeur atteint de trouble bipolaire était 8 fois plus susceptible d'être elle-même atteinte de ce trouble et 4 fois plus susceptible d'avoir une schizophrénie.

Les demi-soeurs et demi-frères de même mère de personnes ayant la schizophrénie ou le trouble bipolaire avaient respectivement 3.6 fois et 4.5 fois plus de risque d'être également atteints de ces maladies. Pour les demi-soeurs et demi-frères de même père, les risques étaient 2.7 et 2.4 fois plus élevés.

Les enfants adoptés dont un parent biologique avait un des deux troubles avaient une augmentation significative du risque d'avoir l'autre trouble.

Les facteurs environnementaux partagés et non partagés contribuaient aussi au risque, mais leur influence était moins grande que celle des facteurs génétiques.

La schizophrénie et le trouble bipolaire partagent des causes génétiques communes, disent les chercheurs. Mais, pour chacune de ces maladies, une proportion considérable du facteur génétique n'est pas en commun avec l'autre. Donc, certains gènes sont probablement associés à un risque pour les deux maladies et d'autres à un risque pour l'une ou l'autre de ces maladies seulement.

Dans un éditorial accompagnant l'article, Michael Owen et Nick Craddock de l'Université de Cardiff émettent l'opinion qu'il serait peut-être temps de changer la conception de ces deux diagnostics.

" ... bien que le trouble bipolaire et la schizophrénie soient souvent vus dans leur forme typique (correspondant exactement aux critères diagnostiques de chacun de ces troubles), plusieurs personnes ont à la fois les symptômes psychotiques (associés à la schizophrénie) et affectifs (de l'humeur) (associés au trouble bipolaire) au cours de leur maladie et il n'est pas inhabituel que certaines personnes reçoivent les deux diagnostics à différentes périodes de leur vie", disent-ils.

Notant que le DSM (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders) et la Classification Internationale des Maladies (CIM), sont actuellement en processus de révision (la publication du DSM-V étant attendue pour 2012), ils considèrent que la conception binaire de ces deux maladies devrait être abandonnée dans les prochaines éditions.

Psychomédia avec sources:
Medpage Today
WebMD


Voyez également:

Trouble bipolaire et schizophrénie: caractéristiques cérébrales liées à un gène
Trouble bipolaire et schizophrénie: des manifestations d'une même maladie?
DOSSIER: Trouble bipolaire (maniaco-dépression)
DOSSIER: Schizophrénie